Voyage en Scandinavie 2017

05 août 2017

31 juillet 2017 - 01 - 02 - 03 août 2017

31 juillet 2017

TARP - ALLEMAGNE

Dans le camping-car 22° et dehors 22°. Les températures sont douces. Aujourd’hui ciel bleu avec quelques nuages épars. Le soleil domine.

12h15 c’est le départ sous le soleil ce qui sera nettement plus agréable pour avaler les km.

Petite pause pour couper la journée et surtout permettre à Gérard de récupérer un peu.

Je passe à l’arrière et je m’installe sur la table histoire de continuer à mettre le blog à jour. Sur l’autoroute c’est plus facile et je n’ai plus de paysage à admirer.

Le soleil a l’air de vouloir nous accompagner pour la journée.

20h40 nous sommes à VENLO. Ce soir nous dormons en HOLLANDE. Nous nous posons sur une aire d’autoroute et plus particulièrement de camions. De partout, les parkings sont pleins de camions. Bref, celui-ci est également prévu pour les camping-cars.

Dans la soirée, nous aurons droit à un très joli coucher de soleil. Et oui ! Bon ! C’est moins sympa qu’un ponton au bord d’un fjord avec un coucher de soleil. Il faudra que je m’y fasse !!!

20170731_211814               20170731_212839

Ce soir il fait 26°.

 

01 août 2017

VENLO – HOLLANDE

Ce matin, 24°. Ça monte ! Ça monte. Déjà Eden a du mal à supporter et regrette le Nord.

Par contre dehors, gris et couvert mais avec tout de même 23°.

12h25 départ sous le ciel gris, des éclaircies. Il fait très lourd.

En route, quelques ondées. Nous faisons un arrêt à MAASTRICHT pour essayer de trouver une aire de service. En vain, nous avons tourné dans les travaux et fini par renoncer.

14h15 nous passons la frontière. Nous sommes en Belgique. Nous décidons de faire une halte à LIEGE histoire de goûter les fameuses gaufres. Impossible de s’arrêter avec le camping-car. Nous tournons un peu et renonçons. Nous sommes pressés.

Nous faisons un pause un peu plus loin pour déjeuner, prendre un petit café et reposer le chauffeur.

17h27 nous passons à nouveau une frontière avec son joli panneau de l’Europe. Pas de douaniers. Nous sommes revenus au pays.

                                                  Bonjour la France !!!!!

Nous approchons d’Amiens. Nous faisons un petit arrêt pour le plein d’essence et quelques courses. C’est bizarre de se retrouver dans des magasins qui croulent sous l’opulence et le choix. Dans tous les pays scandinaves, nous avons fait avec ce qui était proposé. C’est-à-dire 1 voir 2 variétés. Point. Et finalement ça nous convenait très bien.

Nous faisons les courses rapidement. Pas envie de traîner et un peu perdus dans les rayons.

20h25, nous reprenons la route. Maintenant, il nous faut trouver de l’eau et surtout vider les cuves. Sur notre parcours, il y a une aire de services à CONY. Elle est à proximité de l’autoroute.

Nous arrivons à CONY et nous trouvons notre aire de service dans un petit village, au calme, en pleine campagne. Le parking pour la nuit est gratuit, les vidanges également. Par contre, l’eau est payante. Ce n’est pas un souci, mais là le règlement se fait avec des jetons qui s’achètent au point I Info ou à la boulangerie. A 20h25, ça va être compliqué. Finalement en fouillant, nous retrouvons un jeton qui fonctionne. Parfait ! Problème résolu ! Il n’y a plus qu’à s’installer pour la nuit. Le parking n’est pas plein mais pas loin.

 

02 août 2017 CONY

Dans le camping-car 19°. Dehors 19° mais un ciel gris couvert. Il fait lourd. Quelques gouttes de pluie s’invitent.

Nous finissons de nous préparer et ce sera les derniers Km. Il doit nous rester en gros, 650 Km.

11h25 décollage et c’est parti pour une journée d’autoroute ou de route express. Une partie de l’après midi se fera sous le ciel bleu et le soleil.

Vers 15h00 nous faisons une pause de 45mn pour déjeuner et permettre à Gérard de se reposer.

Puis nous reprenons la route qui se termine dès notre arrivée en Bretagne, sous la pluie. Normal ! Histoire que nous nous sentions chez nous et nous ne perdions pas l’habitude.

20hOO et 632 km plus loin, notre voyage est consommé.

 

03 août 2017

 

                                       RENTRES EN BRETAGNE

                         20170804_200055

 

                                          1er PETIT DEJEUNER

                                                 20170803_105559

Au cours de notre voyage en Scandinavie nous avons

        parcouru  17 164 Km

        avalé  2 144 L de gasoil

Pour circuler dans tous ces pays nous avons payé

 181,94 € d’autoroutes, de routes payantes, de ponts, de tunnels

1 485,72€ de ferries pour 21 traversées dont 19 en Norvège

En Norvège, nous avons traversé 269 tunnels et parcouru ainsi  338Km sous terre, parfois sous la mer ou sous les fjords.

La longueur moyenne d’un tunnel est de 1 255m avec un mini de 20m et un maxi de 12 000m.

Pour garder le souvenir de ce magnifique voyage, nous avons réalisé 6 116 photos.

 

Nous en rêvions depuis 40 ans

Nous en parlions souvent

Nous en parlerons longtemps

Nous y repartirons très vite

 

                                           DSC00537

MERCI DE NOUS AVOIR ACCOMPAGNES

                                           DSC00542

 

 

Posté par chantal_gerard à 13:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]


03 août 2017

29 - 30 juillet 2017

29 juillet 2017

GÖTEBORG - SUEDE

Température ce matin 20° et dehors 19°. Depuis ce matin, il tombe des cordes. Il fait un temps épouvantable. Décidément, il fait un temps épouvantable de partout. Nous nous préparons tranquillement.

En fin de matinée, je constate une entrée d’eau dans la chambre. Sur le coup, nous pensons à la douche qui a un peu débordé lorsque nous nous en sommes servis. En effet, nous n’avons pas la bonne pente.

Je ramasse l’eau, nettoie et finalement constate que de l’eau ruisselle le long de la fenêtre sur la cloison intérieure. Ça coule régulièrement. Dehors, il tombe toujours des cordes.

Gérard attend une accalmie et va chercher ses outils dans la soute. Démontage de la fenêtre. Constat. Moins grave que prévu. Ce n’est pas le toit, mais le joint de la fenêtre. Il sèche tout. Intérieur et extérieur.

Avant qu’il ne repleuve, il colmate la petite voie d’eau. Nous verrons cela en rentrant. Normal, avec toutes les secousses et les routes épouvantables que nous avons faites, les joints travaillent. Il vaut mieux qu’on s’en aperçoive rapidement.

A peine terminé sa réparation, la pluie redouble. Bon test. Plus rien de ne rentre.  Parfait ! Il n’y a plus qu’à espérer que cela tienne. A rajouter sur la liste des réparations à faire en rentrant.

12h30, nous décidons de bouger et de monter sur l’aire de service de SKATAS voir s’il y a de la place. On a besoin de l’électricité pour faire tourner les ordinateurs. Le parking s’est un peu vidé. Nous nous installons.

Nous passons l’après-midi sur SKATAS et sous la pluie torrentielle. Nous avons du temps devant nous puisque notre ferry pour le DANEMARK est à 18h35 et qu’il nous reste 78km à parcourir. Il faut que nous décollions à 16h dernier délai.

16h nous sonnons le départ avec une accalmie. Gérard en profite pour vider les cuves et remplir l’eau. Quant à moi, j’essaie de faire une petite promenade avec Eden dans le bois. Galère ! Tout est détrempé. Ça ne s’évacue même pas. Tant pis ! Pas le choix ! Elle aura droit un bon essuyage avant le départ.

16h25 direction le terminal de VALBERG. En route nous laissons la pluie derrière nous. C’est déjà ça.

17h35 nous nous présentons au terminal de VALBERG. Checking ! Gérard a fait nos réservations sur internet car il avait peur de ne pas avoir de place. Il n’y a que 2 ferries par jour.

Quelques photos de notre dernier ferry.

DSC03615                  DSC03616

                                                    DSC03628

Nous passons en file d’attente.

                                                         DSC03617

18h c’est l’embarquement. Une fois garé, nous laissons le camping-car et Eden. Pour nous, interdiction de rester dans les véhicules. Gérard monte sur le pont prendre quelques photos de la Suède et de notre dernier ferry.

DSC03619                DSC03620

DSC03621           DSC03624

                                                 DSC03625

Nous montons dans les salons et nous partons pour 4h de traversée. Nous avons pris nos ordinateurs. Gérard continue ses photos et quant à moi le blog. Nous en profiterons pour prendre un petit encas arrosé d’une bière et d’un café car nous débarquons vers 23h.

Petit coucher de soleil pendant la traversée.

DSC03629                  DSC03630

22h53 GRAANA. Le Danemark. Nous débarquons. Il fait nuit. Le ciel est dégagé et clair. La lune brille.

Nous décidons de continuer à rouler un peu jusqu’à l’autoroute. Une fois sur l’autoroute, nous trouvons rapidement un parking pour y passer la nuit. Il est tout juste minuit. Nous sommes sur l’aire d’AARHUS.

 

30 juillet 2017

AARHUS - DANEMARK

Dans le camping-car 20°. Dehors 20°. Il fait très lourd. Le ciel est couvert et gris.

11h, nous quittons le parking. Nous prenons la direction de BILLUND pour visiter le parc de LEGOLAND.

Très rapidement, nous reprenons la pluie. Le ciel se noircit et devient très sombre. Nous avons l’impression qu’il va faire nuit. Pendant environ 50km nous aurons éclairs et pluies diluviennes.

20170730_114104             20170730_114145

Si ça continue comme ça, la visite du parc va être compromise.

12h15, nous sommes sur le parking de LEGOLAND avec des éclaircies. Le ciel s’est dégagé, un peu de ciel bleu et de soleil apparaisse. Nous allons tenter l’affaire. Nous prenons tout de même nos blousons et les capes de pluie. Il vaut mieux être prévoyant.

Nous prenons nos billets et payons le parking pour la journée.

                                                  DSC03632

A peine entrés, Gérard se sent revenir une âme d’enfant du temps où il passait des heures ou des journées de Noël à faire du légo avec ses garçons. Le bon temps !

Le monde en miniature, tout en lego.

Pour les visiteurs comme nous sans progéniture, le plus important à faire c’est MINILAND qui forme le cœur du parc. Là, on peut y admirer les reproductions de villes comme :

AMSTERDAM avec son quartier historique rouge ses ponts et ses canaux,

DSC03777                 DSC03778

                                        DSC03781

COPENHAGUE avec le quartier de NYHAVN, son port, ses quais, ses jardins qui mènent à la petite Sirène.

DSC03706                DSC03708

Toute la décoration d'arbuste, de verdure est faite avec des produits naturels miniatures. On peut imaginer la quantité de personnes que demande demande l'entretien et la réalisation.

20170730_125207

BERGEN avec ses quais et ses Bryggens

DSC03676                 DSC03677

Sur la dernière on reconnait très bien la Tour ROSENKRANTZ, ses jardins et son église

DSC03678                      DSC03679

L'église en bois debout de Norvège

                                                     DSC03675

La HOLLANDE et ses célèbres moulins entourés de canaux

DSC03666                DSC03667

DSC03784    DSC03668

La Tour Eiffel,  l’Acropole.

DSC03694             DSC03762

La statue de la Liberté avec ses 9m de haut et ses 1,4 million de briques

                           DSC03768

AMALIENBORG, le palais des souverains danois

DSC03701                 DSC03702

Au cours de notre visite, nous aurons droit à une sévère averse. Nous sommes à proximité d’un abri. Nul besoin de se mouiller ou de sortir nos capes. Les gens courent dans tous les sens pour essayer de se mettre à l’abri. Ceux qui n’ont pas eu de chance d’en trouver, sont très sérieusement mouillés.

Nous faisons une petite pause dans l’après-midi à proximité de POLAR LAND.

DSC03734              DSC03737

Nous trouvons un restaurant pour pouvoir nous poser un peu. Un ours polaire nous invite à entrer.

                                                          DSC03739                            

La déco du restau est également faite sur le thème polaire. Bluffant !!!!!

DSC03740                      DSC03741

Comme dans tous les parcs d’attraction, il y a des zones à thème.

LEOREDO TOWN, une ville du Far West avec ses restaurants, ses attractions pour les enfants et l’effigie du chef indien SITTING BULL impressionnante d’expression et qui elle aussi a demandé 1,4 million de briques

DSC03719                DSC03720

et ses quelques présidents des USA

                                        DSC03721

KNIGHTS’KINGDOM et son château médiévale et ses chevaliers

                                                    DSC03729

PIRATE LAND,

DSC03751              DSC03753

                                      DSC03750

En quittant les pirates nous croisons Dame Sorcière en train d'interroger les eaux profondes d'un puit

DSC03747             DSC03748

N'oublions pas le monde des vikings qui ont des origines au Danemark

DSC03725               DSC03726

DSC03727              DSC03731

DUPLO LAND avec les attractions pour les tous petits, ADVENTURE LAND avec sa magnifique déco lego de la savane, POLAR LAND et ses ours lego. Époustouflant les détails et les expressions. La savane en lego.

DSC03754             DSC03756

DSC03757                  DSC03758

DSC03759           DSC03761

DSC03766     DSC03767

Les restaurants, les boutiques de souvenirs, les manèges et les réalisations en lego sont en phase avec le thème.

18h. Nous quittons le parc. Nous passons la barrière de parking. Le ticket ne passe pas. « INVALIDE ». Je suis obligée de retourner à la caisse pour expliquer ce qui se passe. Très gentiment, l’hôtesse me refait un ticket gratuit de sortie. Par contre, je ne comprends pas toutes ses explications. Il semblerait que ce soit un problème d’horaire. Je ne vois pas pourquoi puisque nous avons payé pour la journée. Bref ! Je ne m’attarde pas plus. L’essentiel est que nous puissions sortir sans repayer.

C’est reparti pour quelques Km. 19h30 nous passons la frontière. Nous sommes en Allemagne. Nous trouvons une aire sur l’autoroute pour la nuit. Nous sommes à TARP - ALLEMAGNE

 

 

Posté par chantal_gerard à 17:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 août 2017

27 - 28 juillet 2017

27 juillet 2017

DALEN           

Aujourd’hui, il fait 19° dans le camping-car. Dehors, 16°. Il fait gris, des nuages épais et très bas se promènent. En prime, d’importantes averses de pluie.

Du coup, nous restons traîner sous la couette. La balade matinale d’Eden sera très humide. Gérard est reparti sur le petit sentier au bord de la rivière. Lorsqu’ils reviennent, ils sont trempés tous les deux.

Nous nous préparons tranquillement. Toute la matinée se passera sous la pluie sans vraiment beaucoup d’accalmie. Nous abandonnons la découverte du CANAL DU TELEMARK et de ses écluses moitié bateau, moitié vélo.

Gérard se met dans le tri et le classement de nos photos et moi je poursuis la mise à jour de notre blog.

15h30, il pleut toujours. Nous décidons de bouger. Inutile de rester à attendre. Nous ne pouvons plus nous le permettre. Nous avons un timing à respecter pour notre retour. Nous profitons d’un répit que la pluie nous donne pour faire l’intendance du camping-car.

15h45, nous quittons DALEN sans avoir pu découvrir le village. DALEN et la route sont noyés dans les nuages qui se baladent très bas.

Direction HEDDAL. A la sortie de DALEN, nous trouvons notre route. Ça commence bien ! C’est la route touristique 45 qui grimpe avec une pente de 12% et toute en lacets. Ce sera ainsi sur 8km.

Puis, nous rattrapons la grande route et ce sera plus cool. Notre trajet se fait sous une pluie battante sans envie ni possibilité de s’arrêter pour profiter le paysage. Nous apercevons quelques fermes.

20170727_164619                              20170727_170144

Nous arrivons à HEDDAL avec une pluie qui a tendance à vouloir s’atténuer. Nous pouvons enfin observer notre environnement. Tout le long de la route, de grosses exploitations agricoles avec toujours la même configuration en carré. La maison d’habitation grande, cossue et les bâtiments d’exploitation. Ici pas de fermes délabrées ou abandonnées. Beaucoup d’entre elles possèdent des STAVBBUR grenier en bois sombre. Certains sont restaurés bois sombre, peinture de déco rouge et blanche. Nous nous arrêtons à l'entrée d'une ferme pour prendre une photo.

DSC03516                 DSC03517

HEDDAL, c’est son église en bois debout qui nous y amène. Nous arrivons sur le parking.

                                             DSC03521

17h45 ! Ça va être chaud ! L’église est donnée pour fermer à 18h. Je me dirige rapidement vers la billetterie. Fermée ! Pas de regrets ! Elle est fermée depuis 17h.

La grosse pluie s’est transformée en petite pluie fine. Nous  ne nous décourageons pas et prenons le temps de faire le tour de ce magnifique édifice.

DSC03518           DSC03523

Elle est magnifique et imposante.

                                               DSC03525

Son clocher est dissocié et se trouve de l'autre côté de la route avec la statue d'un couple de paysans norvégiens.

DSC03522                     DSC03524

Gérard voit que je suis déçue. L’église ouvre à 10h. Il décide de me faire plaisir et de rester passer la nuit à HEDDAL à condition de ne pas trop s’attarder et de revenir demain matin à l’ouverture.

Nous partons à la chasse à la nuitée. Pendant nos  recherches, nous tombons sur un musée à ciel ouvert c’est « LE HAMEAU DE HEDDAL ». Qu’à cela ne tienne, nous en profitons pour découvrir le hameau. C’est un regroupement de divers bâtiments anciens.

La ferme et la maison des invités

DSC03531             DSC03537

L'écurie qui ressemble à un loft. Les chevaux étaient au rez-de-chaussée et l'étage servait à stocker le foin.

                                         DSC03532         

La grange qui servait à stocker le fourrage en hiver.

                                     DSC03533

L'enclos des poules

                                      DSC03535     

Le loft. Le RDCH servait à stocker pendant longtemps les aliments, les céréales, la farine, la viande et le pain. On gardait ici les ustensiles qui servaient à manipuler les aliments.

L'étage servait à suspendre les vêtements de fête et les objets de valeur y étaient conservés dans des coffres ou coffret sculptués. Il servait égalemeent à loger des invités de marque.

                                    DSC03539

Le grenier sur pilotis ne servaient qu'au stockage des aliments.

 DSC03540        DSC03541

Tous fermés. Nous reviendrons demain pour visiter l’intérieur. La pluie nous rattrape et nous redescendons au camping-car.

Nous finissons par trouver une place pour la nuit, sur le parking d’un complexe sportif. Pour attendre demain, ce sera parfait. De plus, plein de verdure pour notre chien.

La pluie redouble de force. Gérard est obligé d’attendre une accalmie, qui mettra du temps à venir, pour sortir Eden. Le temps de la promenade et ils reviennent sous la pluie. Ce sera comme ça, toute la soirée et une partie de la nuit.

 

28 juillet 2017

HEDDAL

Dans le camping-car 20°. Dehors, 20°. La pluie s’est enfin arrêtée. Quelques nuages résistent mais finissent par disparaître progressivement. Le ciel se dégage, le soleil apparait et réchauffe l’atmosphère.

DSC03542           DSC03543

                                DSC03544

9h45, nous sommes prêts. Nous faisons les quelques km qui nous séparent de l’église.

L'église est entourée d'exploitations agricoles et de champs.

                                      DSC03545

10h nous sommes sur le parking, devant l’église. Il y a déjà pas mal de monde. Après l’achat des billets, c’est parti pour la visite de l’église en bois debout de HEDDAL ou « STAVKIRKE ».

Gérard en profite pour refaire des photos de l’extérieur. Sous le soleil, rien à voir. Elle est superbe et très bien conservée. La couleur noire que l’on peut apercevoir sur certaines parties des façades, c’est du goudron. Il sert à protéger le bois des intempéries.

DSC03526            DSC03527

                                              DSC03611

C’est un édifice fabuleux. C’est la plus grande église en bois debout sur les 28 que compte la Norvège.  Sur les toitures, croix chrétienne et tête de dragon se côtoient. Elles rappellent l’ère païenne et le début de la chrétienté.

DSC03546                  DSC03547

                                       DSC03549

Elle a été construite entre 1147 et 1242. La toiture est un chef d’œuvre avec ses tuiles en bois de différentes formes. Sa conception fait penser à un château sorti tout droit d’un conte de fées.

DSC03529               DSC03552

                                      DSC03553 

Entièrement maintenues avec des clous également en bois.

DSC03555                        DSC03556

Un porche  richement sculpté de têtes d’animaux ou de visages humains.

DSC03530                    DSC03550

Une marche haute, qu’il faut enjamber.

Il donne accès à une promenade grillagée qui fait le tour de l’église.

DSC03528            DSC03551

DSC03574             DSC03578

Elle donne accès aux 4 portes en bois ornées de motifs floraux. Aujourd’hui pour la préserver un système incendie a été installée afin d’enrayer tout incendie qui pourrait voir disparaître ce magnifique vestige du passé.

                                            DSC03576

La porte principale permet de pénétrer à l’intérieur,avec 2 marches en plaques de granite. Rustique les marches !

DSC03554

L’intérieur est sombre car les ouvertures sont placées très hautes et sont très étroites. On retrouve de partout les arcades ou genoux qui servent à stabiliser la structure. Ici, le travail ressemble à de la dentelle. On peut apprécier l’effet pyramidal des différentes pentes de toit.

DSC03557                     DSC03560

La structure s’appuie sur des poteaux en pin norvégien. 12 grands et 6 petits, tous coiffés de têtes de personnages terrifiants.

DSC03567                   DSC03570

Les murs sont décorés de fresques C’est le ROSEMAILING norvégien ou peinture paysanne. Mais elles ont moins bien résisté au temps et se sont estompées surtout sur les parties basses. On aperçoit, dans les coins, les piliers en bois debout avec les têtes sculptées.

DSC03559                  DSC03564

Le chœur est simpliste mais également richement décoré.

DSC03561           DSC03566

On retrouve un fauteuil en bois sculpté ainsi que des fonds baptismaux

DSC03562                               DSC03563

On ne se lasse pas d’admirer ce travail du bois, sa qualité. Dommage que nous n’ayons pas le temps d’attendre la visite guidée.

A la sortie de l’église, nous filons au musée « LE HAMEAU DE HEDDAL ». Ce sont des bâtiments authentiques qui proviennent de divers endroits de la région. Ils ont été déplacés. Le hameau illustre ce que pouvait être une ferme aisée dans le TELEMARK il y a environ 200 ans. Autrefois, les fermes possédaient de nombreux bâtiments, un pour chaque fonction de l’exploitation.

Ici nous avons pu visiter la maison d’habitation, qui se compose de 2 étages.

                                          DSC03531

Le RDCH qui était la pièce vie. On y retrouve les lits, les coffres sculptués et peints, les armoires de rangement, la grande table pour manger et le coin feu. Les murs sont également déorés.

DSC03582                   DSC03584

                                               DSC03587

L'étage était la pièce de réception des invités de marque. Murs et plafonds sont très richement décorés.

DSC03593      DSC03594

Une grande et belle table pour recevoir les convives de marque

                                              DSC03595

Le lit des invités, lui aussi décoré et sculpté

                               DSC03596

Ici, pas de cheminée mais un poêle. Ce qui montre l'intérêt que l'on portait au confort de ses invités.

                                                 DSC03597

Après la ferme, nous visitons la maison des invités.

                                   DSC03537

Dans l'entrée, l'ancêtre de m'essoreuse à linge.

                                                           DSC03598

C'est une maison cossue et qui pour l'occasion a été transformée en musée. On peut y admirer une belle collection de costumes traditionnels.

DSC03592        DSC03599 DSC03600

DSC03601          DSC03602

Tous les costumes sont brodés sur le thème floral.

 

l’écurie,

DSC03532       DSC03610      

Nous écourterons notre visite car il est temps de reprendre le chemin du retour si nous voulons respecter les délais.

Nous revenons au camping-car. A côté de nous, une moto avec les clés sur le contact avec en prime le casque et les gants. Comme quoi, les gens ont confiance. Pas de voleurs en Norvège

    DSC03614    DSC03612

11h30 c’est le départ définitif. Nous traversons et laissons derrière nous la région du TELEMARK avec ses forêts de sapins, ses lacs, ses canaux, ses grandes exploitations agricoles, ses maisons en bois sombre ou rouge.

13h30 DRAMEN. Nous faisons une pause. Pharmacie pour mes dents, courses pour la route et pause déjeuner. Petit somme pour Gérard qui a un coup de barre.

15h15 il faut y aller ! Nous ne sommes plus très loin de la frontière. Avant de quitter le Norvège, un arrêt au point I TOURIST pour se faire rembourser les taxes.

17h45 ça y est ! Nous quittons la NORVEGE et entrons en SUEDE sans aucun contrôle douanier. Par contre, de l’autre côté, des files interminables pour entrer sur le territoire norvégien. Juste le panneau de l'Europe.

20170728_175202              20170728_175215

                                       20170728_175240

Il fait toujours beau. Les km défilent et nous sommes en route pour GÖTEBORG. En route, nous reprenons la pluie avec des averses orageuses importantes. Puis les averses cessent et nous finirons la route sous le ciel orageux et lourd.

Nous serons à GÖTEBORG aux environs de 19h30 – 20h. J’appelle Clémence pour savoir s’ils sont là et disponibles. Nous voulons passer la soirée avec eux et les emmener au restaurant. Clémence me répond. Ils seraient ravis car ils ont apprécié de nous voir à l’aller mais malheureusement ils sont au Pérou pour 3 semaines. La communication est mauvaise et se coupe. Elle m’envoie en texto, comme quoi ils sont déçus et qu’ils espèrent bien nous voir bientôt pour que nous leur racontions notre périple. RDV est pris pour la Bretagne.

Nous faisons tout de même une halte nocturne à GÖTEBORG. Nous retournons sur l’aire de camping-car SKATAS. Il est 20h, l’aire est complète. Un peu plus bas, il y a un autre parking mais sans service. Pour cette nuit ce sera bien. Nous verrons demain. Le parking est payant. Gérard prend un ticket. Nous pouvons y rester jusqu’à demain 20h.

 

Posté par chantal_gerard à 16:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 - 26 juillet 2017

25 juillet 2017

JORPELAND

Dans le camping-car 22°. Le soleil et le ciel bleu sont de retour. Cependant, les montagnes boisées qui nous entourent sont encapuchonnées de nuages. Sur le fjord, le ciel parait chargé. Dehors 18°. Paradoxalement, il ne fait pas froid car il n’y a pas de vent. Je pense que la journée sera partiellement ensoleillée. Ce qui n’est pas plus mal compte tenu du programme de la journée.

Aujourd’hui, nous avons prévu de nous rendre au « ROCHER DE LA CHAIRE » ou « LE PREIKESTOLEN ». C’est une formation granitique, avec 3 faces presque lisses, qui plonge à pic au-dessus du LYSEFJORDEN à une hauteur de 604m.

Il possède une énorme fissure qui, un jour, le séparera de la montagne créant peut-être un petit tsunami !!!! C’est une plateforme accessible à tout le monde à condition d’être prudent puisqu’il n’y a ni clôture, ni barrière de sécurité. C’est une habitude en Norvège.

Pour atteindre le PREIKESTOLEN, il faut environ 2h de marche avec une pente de 350m pour 3,8km.

11h15, nous quittons notre bivouac de JORPELAND. Il fait très lourd. Le soleil chauffe. On dirait un temps d’orage.

11h20, nous bifurquons pou prendre la route qui monte au parking de la randonnée. Il y a environ 5km. A l’arrivée, un parking payant pour la journée. 200 NOK soit environ 20€ quand même. Les parkings sont bondés, il y a un monde fou. Je suis sceptique. Cela n’engage pas à la randonnée nature.

Bref ! Après un peu d’hésitation, nous nous décidons à démarrer. Il est 12h. Cette fois, dans le sac à dos, stock de mouchoirs, eau, coalgan. Je ne sais pas pourquoi mais je me sens un peu tendue. Peut-être de voir tout ce monde qui nous allons côtoyer sur la randonnée.

La randonnée est identifiée au niveau des parkings sur un grand panneau. Il indique la longueur, le temps estimé, les pentes de dénivelés et les consignes de sécurité (très succinctes).

DSC03376         DSC03377

Le chemin part du parking avec un raidillon bien balisé qui longe une forêt et qui en dit déjà long sur le reste de la journée.

                                                    DSC03378

Au bout du raidillon, nous traversons des formations de plaques granitiques qui nous amènent à un premier plateau avec un point de vue et des activités de tyrolienne.

DSC03379          DSC03380

DSC03381          DSC03382

Une petite halte, et nous poursuivons notre sentier qui passse en sous bois.

DSC03383  DSC03384

et qui débouche sur un point de vue.

                                                   DSC03385

Je suis un peu tendue par la foule qui circule, les enfants qui courent, les chiens en laisse ou pas, les sportifs qui font ça au pas de course et doublent. Mais bon, ça va le faire. Je prends mon temps et je fais très attention où je mets mes pieds et surtout ce que j’en fais lorsque je redémarre. Ce n’est qu’une perpétuelle montée. Le parcours est très inégal. Un peu moins de monde ce serait le top.

Nous attaquons une série de marches en granit qui forment un escalier. La montée est dure car les marches ni la même largeur, ni la même hauteur.

                                               DSC03386

Nous poursuivons notre ascension avec un  sentier qui alternera entre montées, descentes, plateaux de formation granitiques, escalades de rochers, escaliers, chemin boueux et glissants en sous-bois, petits ponts de bois qui traversent des zones de marécages, panoramas magnifiques, etc…

Arrivés en haut, nous prenons le temps de souffler et admirer le paysage avec en contre bas de petits lacs.

DSC03387               DSC03388

Nous poursuivons le sentier qui monte continuellement et permet de profiter de beaux panoramas.

DSC03389           DSC03390

DSC03391                DSC03392

Quelques mètres plus haut, nous arrivons à un petit lac de montagne. Les gens en profite pour faire une halte et d'autres pour se baigner. C'est vrai qu'il fait très chaud et qu'il y a très peu de zone pour faire des haltes si ce n’est le long du chemin.

DSC03393          DSC03394

                                             DSC03395

Au fur et à mesure de la montée, je me détends et je prends mon rythme.

Au bout de 2h20 ponctuées de pauses pour récupérer ou laisser passer le flot, nous atteignons le sommet. Il est 14h20. Le sentier ne se termine pas là. Il nous faut poursuivre notre ascension, traverser un plateau de plaques de roches (ça glisse) et nous arrivons enfin à un premier point de vue. La vue est magistrale !

                                     DSC03396

Nous avons fait le plus gros. Il nous reste encore à rejoindre le chemin qui longe la falaise. Il est aménagé et sécurisé par endroits grâce à des passerelles de bois et des chaînes  qui servent de garde-corps.  En contre bas, une jolie vue sur les rochers et de petits plans d'eau marécageaux

DSC03397   DSC03398

Une fois les falaises passées et les dernières plaques granitiques, nous arrivons sur le bord du chemin qu'il faut finir de longer pour enfin admirer le fjord dans toute sa splendeur.

DSC03401          DSC03402

                                     DSC03403  

En bas, des bateaux dessinent des arabesques sur le LYSEFJORDEN d'un bleu profond.

DSC03404           DSC03405

Puis, nous apercevons la plateforme du PREIKESTOLEN. La folie, du monde qui circule dans tous les sens, au milieu, au bord, sur les bords ou assis au bord les jambes dans le vide. Tout le monde y va de son selfie.

DSC03406           DSC03407

DSC03408             DSC03409

« Attention, ne reculez pas trop, en bas il y a 604m ».

DSC03410          20170725_142853

Des gens sur tous les rochers accessibles pour avoir une meilleure vue, d’autres pour se faire prendre en photo et d’autres encore pour la pause pique-nique ou 4 heure. Aucun système de sécurité. Il parait que le dernier accident mortel date de 2003.

Nous nous approchons un peu mais sans prendre de risque. La vue sur le LYSEFJORDEN qui s’étale dessous est magistrale. D’un bleu profond sous le soleil.

                               20170725_140412

Nous trouvons quelqu'un qui accepte de nous prendre en photo, histoire de fixer ce joli moment mais pas trop près du bord tout de même.

                                         DSC03411

Nous cherchons un petit coin de rocher pour faire une pause avant la descente et un petit 4 heure bien mérité. Nous observons le mouvement de foule. C’est dingue.

Au bout d’une demi-heure, nous avons récupéré. Dernières photos, quelques selfies pour envoyer à Catherine et Jean Paul et c’est parti pour le retour. Il est 15h.

Je dirai que la descente a été beaucoup plus compliquée. Il y avait autant de monde à monter qu’à descendre. Nous prenons notre temps de souffler et admirer le paysage.

Enfin nous arrivons au camping-car. Il est 16h45. Soit 2h15 de descente incessante et du monde comme sur une autoroute.

Nous sommes trempés et fatigués mais tout de même ravis de l’avoir fait. Moi, encore plus car j’appréhendais et surtout je suis restée sur mes gardes toute la journée.

Avant de quitter le parking, une petite balade avec Eden.

Nous prenons la direction de FORSAND où nous attend un ferry pour rejoindre LYSEBOTN. Notre ferry est à 9h demain matin.

Nous arrivons à FORSAND vers 17h. Nous n’étions pas très loin. Nous trouvons un parking sur les quais d’embarquement face au fjord.

Une fois posée, nous partons en promenade ave Eden le long du fjord et de la verdure.

Nous pourrons observer jusque très tard dans la soirée, le ballet des ferries.

Pour notre dernière nuit au bord d'un fjord, nous aurons droit  à un somptueux coucher de soleil.

DSC03413           DSC03414

DSC03415             DSC03416

                        DSC03417

Ce sera un coup de blues !!!

                  20170725_221038

 

26 juillet 2017

FORSAND

Température dans le camping-car 20°. Dehors, 21°. Le ciel est un peu nuageux mais le ciel bleu domine.

Ce matin, nous nous préparons très rapidement. Pas question de traîner. Et Oui  Nous savons le faire quand il le faut.

8h15, nous prenons la file d’attente de notre ferry.

DSC03418-N-Forsand-Bivouac             DSC03419-N-Forsand-Bivouac

Pout l'occasion, j'ai retrouvé ma tête.

                                                           DSC03420-20170726_084513-N-Forsand-Bivouac

Notre ferry arrive

DSC03420-N-Forsand-Bivouac              DSC03421-N-Forsand-Bivouac

Notre bateau requin s'amarre au quai

                                                DSC03422-N-Forsand-Bivouac

Pendant que nous attendons, je termine le rangement. Un petit coup de balai, histoire de laisser les poils à Eden à Forsand.

Le ciel se dégage de plus en plus. La journée va être belle pour notre dernier ferry en Norvège.

8h50, nous sommes enregistrés et l’embarquement commence. Comme sur le NAEROYFJORDEN, notre ferry dessert plusieurs villages. Du coup, les véhicules sont triés.

9h00 c’est le départ. Nous montons sur le dernier pont, histoire de profiter pleinement de la vue. Forsand s'éloigne tout doucement.

                                          DSC03423-N-Fjord Lysefjord

Avant dernier ferry pour notre camping-car

                                      DSC03424-N-Fjord Lysefjord

A partir de FORSAND, le LYSEFJORDEN s’enfonce sur 40 km.

                                         DSC03426-N-Fjord Lysefjord

Il semblerait que l'entrée du fjord se fasse par le pont. Du moins en passant dessous. C'est également un très bel ouvrage.

DSC03430-N-Fjord Lysefjord         DSC03433-N-Fjord Lysefjord

DSC03435-N-Fjord Lysefjord                DSC03439-N-Fjord Lysefjord

C’est une traversée qui prend la forme d’une petite croisière. Le commandant du bateau s’arrête, ralentit pendant qu’un audioguide (en anglais) donne des explications par haut parleur. Un homme d’équipage nous distribue des brochures du parcours avec les explications (en anglais) des sites intéressants. Nous pourrons tout de même suivre la traversée.

Le bateau contourne de petits îlots rocheux

DSC03442-N-Fjord Lysefjord              DSC03443-N-Fjord Lysefjord

                                                  DSC03444-N-Fjord Lysefjord

Depuis quelques temps, nous retrouvons des élevages de poissons

DSC03445-N-Fjord Lysefjord                   DSC03447-N-Fjord Lysefjord

Sur les rives du fjord, des maisons qui s'étirent

DSC03448-N-Fjord Lysefjord                     DSC03449-N-Fjord Lysefjord

Notre ferry s’arrête au pied de falaises magnifiques qui se jettent dans le fjord,

DSC03453-N-Fjord Lysefjord  DSC03455-N-Fjord Lysefjord  DSC03456-N-Fjord Lysefjord

Le ferry continue de longer doucement les falaises.

DSC03450-N-Fjord Lysefjord DSC03451-N-Fjord Lysefjord   DSC03452-N-Fjord Lysefjord

Le LYSEFJORDEN porte le nom « du fjord de la lumière » car ses roches granitiques luisent à la lumière et même la brume qui l’enveloppe à certain moment paraît lumineuse.

DSC03459-N-Fjord Lysefjord  DSC03460-N-Fjord Lysefjord DSC03461-N-Fjord Lysefjord

Nous passons sous LE PREIKESTOLEN. Vu dans bas, c'est également impressionnant.

DSC03462-N-Fjord Lysefjord-Preikestolen vu d'en bas     DSC03467-N-Fjord Lysefjord-Preikestolen vu d'en bas   DSC03464-N-Fjord Lysefjord-Preikestolen vu d'en bas

Le commandant ralentit son bateau pour que nous puissions prendre des photos, l’admirer et surtout essayer d’apercevoir des jambes dans le vide. Et c'est le cas !!!

                                                   DSC03468-1-N-Fjord Lysefjord-Preikestolen vu d'en bas              

Au final, nous nous apercevons que les 604m ne tombent pas dans les eaux du fjord, mais tout bonnement dans les rochers. AIE !!  Ça doit faire mal en cas de chute.

Les cascades sont toujours présentes et déversent leurs eaux dans le fjord

DSC03470-N-Fjord Lysefjord         DSC03471-N-Fjord Lysefjord    DSC03472-N-Fjord Lysefjord

Un peu plus loin nous pouvons apercevoir des fermes en activités ou abandonnées et toujours construites dans des endroits complètement improbables.

DSC03473-N-Fjord Lysefjord           DSC03474-N-Fjord Lysefjord

                                       DSC03475-N-Fjord Lysefjord

Nous ferons un arrêt au village de SONGESAND où de nombreux passagers montent dont une équipe de cycliste qui vntcertainement faire la route de la LYSEVEIEN.

DSC03476-N-Fjord Lysefjord                            DSC03483-N-Fjord Lysefjord 

Puis ce sera FLORLI.   

Le voyage se poursuit sur les eaux lisses du fjord au rythme des falaises.

DSC03477-N-Fjord Lysefjord               DSC03478-N-Fjord Lysefjord

DSC03482-N-Fjord Lysefjord           DSC03486-N-Fjord Lysefjord

Les falaises sont magnifiques. Les roches luisent sous le soleil. Nous avons un temps magnifique.

Le bateau change légèrement de cap pour ralentir sous le rocher « DU KJERAG ». C’est la seconde curiosité naturelle qui fait venir les touristes et marcher les randonneurs.

DSC03488-N-Fjord Lysefjord-Rocher Kjeragbolten  DSC03489-N-Fjord Lysefjord-Rocher Kjeragbolten  DSC03492-N-Fjord Lysefjord-Rocher Kjeragbolten

 

LE KJERAG, c’est un gros rocher ovale, coincé dans une crevasse entre 2 parois écartées d’environ 2m.

 

Ici aussi le pari est réussi. Nous pouvons apercevoir au milieu du rocher un randonneur réaliser son trip

                                                  DSC03493-1-N-Fjord Lysefjord-Rocher Kjeragbolten

Pour admirer le KJERAG et l’atteindre il faut 10h de marcher A/R. Il est réservé aux randonneurs aguerris car le sentier passe par des crêtes, des tronçons pentus et boueux. Il faut passer par une saillie au-dessus d’une falaise à 1000m d’altitude Arrivé au KJERAG, il faut ramper pour monter dessus et se faire photographier. Avis aux amateurs !!

Le port de LYSEBOTN est en vue. La balise signale l'entrée du chenal.

DSC03496-N-Fjord Lysefjord                            DSC03494-N-Fjord Lysefjord

LYSEBOTN est un village sans beaucoup de caractère. C’est une station hydraulique enfouie à des centaines de mètres sous la montagne.

DSC03497-N-Lysebotn-Débarquement                 DSC03499-N-Lysebotn-Débarquement

 

LYSEBOTN est devenu le lieu de RDV des passionnés de sports extrêmes. Le KJERAG celui des sauts extrêmes et de l’escalade. Lorsque nous débarquons du ferry, des employés communaux préparent la route pour une course cycliste qui a lieu le lendemain. L'équipe de coureurs cyclistes qui était sur le bateau doit certainement y participer.

Pour notre part, nous allons emprunter la seule route qui existe au départ de LYSEBOTN qui s’appelle la LYSEVEIEN. C’est une route qui monte et qui descend sur plus de 1000m d’altitude avec 27 virages en lacets. Elle va nous permettre de rejoindre DALEN  où la région du TELEMARK nous attend.

Petite sortie avec Eden et c’est parti pour l’ascension  de la LYSEVEIEN. Il est 12h15.

Un dernier regard sur le fjord

                                                      DSC03501-N-Lysebotn-Débarquement

La route est magnifique. Comme toujours, ou comme d’habitude. Je vous propose de nous suivre une dernière fois sur les routes de montagnes norvégiennes. 

Les paysages défilent avec la vue sur LYSEFJORDEN et LYSEBOTN, sur la vallée et ses falaises boisées. Les virages s’enchainent. Nous prenons de l’altitude.

20170726_122805         20170726_123036

20170726_123048     20170726_123552(0)

20170726_123639   20170726_123659

                                    20170726_123723

Nous arrivons au départ de la randonnée du KJERAG. Les parkings sont pris d'assaut et se transforme en bivouac.

                                  20170726_124138

La route joue les montagnes russes

20170726_124209          20170726_124328 

                              20170726_124400

Nous atteignons les montagnes rondes, arides au milieu desquelles s’étalent de petits lacs de montagnes. La route ressemble beaucoup à celle de RYFYLKE. Une immensité de montagne gris/verte à perte de vue mais pas de neige mais une multitude de lacs.

DSC03503 - Copie             DSC03508 - Copie

                              DSC03509 - Copie

La suite semble prometteuse pour notre chauffeur

DSC03504            DSC03505

DSC03506              DSC03507

Nous continuons notre voyage. Nous montons, descendons, serpentons sur une route toujours aussi étroite.

20170726_124740         20170726_124900

20170726_124908     20170726_125004

                                         20170726_125020

Au détour d'un virage, ça se complique. Un car en vue. Par contre, c'est vrai qu'en Norvège certaines routes sont étroites. Mais quand c'est le cas, la visibilité est importante et surtout il y a des zones de croisement.

Gérard a trouvé un zone de croisement et se met en positon d'attente. Le car l'a vu et s'engage. Ici ce sont les règles de courtoisie et de bon sens qui s'imposent.

20170726_125026      20170726_125050

Ah oui ! Pas de place pour 2 !

                                           20170726_125104

Après ce petit coup de chaud, nous reprenons notre route

DSC03509           20170726_125214

20170726_130021    20170726_130436

                                   20170726_130449

 La route est loin d'être de tout repos. Surtout pour le chauffeur. Elle n'en finit pas de s'amuser

20170726_130501            20170726_130634

20170726_130648    20170726_131005

                                                        20170726_131042

Ah! une caravanne. Cette fois la courtoisie est pour nous. Au passae un petit signe de merci.

                                                    20170726_131055

Toute en montée et en descente les km défilent.

20170726_131418            20170726_131430C

Cette fois, camping-cars en vue. Il y a de l'animation sur cette route

                                            20170726_131437

Finalement, il nous laisse passer. Un petit merci !!

                                       20170726_131445

Au bout de la descente, nous changeons de paysage. Mais très vite nous reprenons de la hauteur

20170726_131923          20170726_132119

DSC03511               20170726_135003

De temps en temps, la route se rétrécit. Des passages pour les moutons sont mis en place sur des zones plus dangereuses.

20170726_134239        20170726_134904

Nos amis moutons affectionnent tout particulièrement les routes de montaggne. Surtout le milieu de la route.

      20170726_140223                      20170726_140247

14h, Gérard en a sa claque. Vous aussi très certainement.

Nous trouvons une aire de pique-nique au pied d’un barrage, au milieu des montagnes.

DSC03514                 DSC03515

La pause déjeuner se fera au son des cloches des moutons.

                                            20170726_155132

Une fois mon chauffeur reposé, nous reprenons la route avec des pentes à  7 ou 8%.

Nous quittons progressivement les montagnes avec des zones très vertes marécageuses. Les plantes font des taches de couleur rouge et nous retrouvons les petites fleurs blanches cotonneuses.

20170726_155147       20170726_155156

Derniers virages,

                              20170726_155602

et nous arrivons dans la vallée avec ses maisons aux toits végétal.

20170726_161357                20170726_161411

La route se poursuit encore quelques km avec des pentes fe 10%

 

                          20170726_161557

Et c'est la fin de notre LYSEVEIEN.

Pas trop fatigués ?????

Au fur et à mesure des km, le paysage se transforme. Nous retrouvons la grande route, bordée de falaises de granit, de lacs, de sapins et de prairies.

20170726_162530          20170726_162649

                             20170726_162717

A nouveau une bifurcation et nous repartons sur une route étroite qui monte au milieu des sapins. Peu d’habitation. Quelques villages très clairsemés. Nous sommes dans une région de de stations de ski avec beaucoup de parking et des tremplins.

                                                  20170726_173451

Il est 17h35 lorsque nous attaquons la descente sur DALEN et là, avec des pentes à 12% sur près de 4km. L’arrivée sur DALEN nous permet d’avoir une jolie vue sur son lac qui parait-il est peuplé de castors. DALEN est niché au creux de collines boisées et escarpées.

20170726_173504                   20170726_173605

20170726_173711         20170726_173727

Nous passons devant le point I TOURIST. Il est encore ouvert. Nous en profitons pour y faire un arrêt et prendre les renseignements nécessaires pour faire le CANAL DU TELEMARK. Le temps de discuter, j’en ressors il est 18H.

Il faut que nous trouvions de l’eau et un coin pour la nuit. A la sortie de DALEN, au départ du canal, nous trouvons une aire de camping-car payante. Ce n’est pas le problème. Le site est joli. Mais 200/250 NOK pour dormir et de l’eau. Pas d’électricité ni de système de vidage des cuves. Nous prenons la décision de rentrer en camping. Ce sera le même prix et au moins nous aurons tous les services.

Nous retournons vers le centre DALEN et bifurquons pour trouver le camping qui se trouve en bordure de rivière au milieu de la verdure. Impeccable pour notre chien. C’est qu’il faut satisfaire toute le monde.

Une fois les formalités d’entrée faites, nous nous posons. Le coin est calme et il y a de la place. Puis nous partons découvrir avec Eden le bord de la rivière et le petit sentier de randonnée qui la longe.

20170726_191436              20170726_191501

20170726_192207          20170726_192319

Gérard et Eden, après une journée d'enfer sur les routes, trouvennt l'endroit bien agréable pour prendre le frais.

                                                20170726_192554

Il fait beau et chaud mais très lourd.

Sur le retour, nous longeons un petit lotissement et ses boîtes aux lettres

                                   20170726_193755

Vertes pour les riverains et rouge pour celle de la poste. En Norvège, aucune boîtes aux lettres ne ferment à clé. Seule la boîte rouge du postier possède un cadenas. Le postier distribue le courrier et relève le courrier de départ.

Des nuages menaçants se forment. Mauvais signe pour demain.

Posté par chantal_gerard à 01:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2017

23 - 24 juillet 2017

23 juillet 2017

LOTHE

Ce matin, trop beau. Le soleil et le ciel sont là au réveil. 22° dans le camping-car et 23° dehors. Même Eden se bronze au soleil. Le soleil et la chaleur nous incite à traîner. Pas vraiment envie de bouger. Juste envie de profiter de la vue. D'un côté le fjord et de l'autre des champs de vergers.

DSC03275      DSC03278

DSC03280               DSC03281

DSC03282   DSC03283

Dans la matinée, quelques nuages blancs se forment. Rien de bien méchant. Eden profite de l’extérieur. Il y a même un groupe d’asiatiques qui s’arrête sur le ponton pour prendre des photos. Eden aura droit à sa photo. D’ailleurs, elle posera. Ils essaient de s’approcher un peu plus, je suis obligée de sortir pour leur dire que non.

De l’autre côté de la route, une exploitation arboricole.

                                    DSC03276

Plus particulièrement un producteur de cerises.

                                               DSC03277

Depuis ce matin, ils ont mis des cerises en vente, sous un joli petit abri blanc et rouge qu’ils réapprovisionnement régulièrement. Toujours la petite caisse à dispo pour payer et se servir.

                                                     DSC03279

14h, nous quittons LOTHE. Nous démarrons de plus en plus tard. La fatigue des 4 mois se fait sentir. Nous partons sous le soleil, la douceur et le ciel bleu. Nous reprenons notre petite route touristique d’HARDANGER.

Ca commence bien. Nous croisons une première voiture. Gérard se gare et recule pour le laisser passer car le gars est tétanisé. Nous allons redémarrer lorsque qu’un camion arrive. Pourtant nous sommes dimanche. Là, c’est panique à bord ! Gérard recule un peu mais il est très vite bloqué. A l’arrière les bas côtés ne sont pas stables. Plus de marge de manœuvre. Finalement, il ouvre sa fenêtre, rabat son rétro et le chauffeur lui dit « it’s good ». Il se serre le long de la paroi rocheuse, embarque des poubelles au passage et passe. Nous le regardons faire la manœuvre. OUF !! On n’aurait pas mis un doigt.

Nous repartons en surplombant l’HARDANGERFJORDEN. La route longe le fjord, traverse des champs de cerisiers et de pommiers qui s’étalent sur les bords du fjord ou sur les versants en hauteur. La vue est juste insolite. Tous ces versants colorés du rouge des cerises.

20170723_140055     20170723_140149

20170723_140230       20170723_140309

Nous passons devant des petites cabanes de pêcheurs et de minuscules plages.

La route étroite continue de serpenter le long du fjord, de monter, descendre.

                                     20170723_140948

20170723_141007    20170723_141240

 Elle épouse les montagnes et les traverses à coup de tunnels.

                                         20170723_141724

                 20170723_142328

                                     20170723_143419

Toute la journée, nous passerons de fjord en fjord, de versant en versant.

C’est tout simplement majestueux.

20170723_153230                20170723_153239

Nous traversons le parc national de FOLGEFONNA qui est un parc glacier et de l’autre toujours les massifs de l’HARDANGERVIDDA.

20170723_153642        20170723_154047 

16h15, nous arrivons à SUNNDAL où nous avons prévu une petite ballade dans la vallée de SUNNDAL. Nous trouvons rapidement le parking qui sert de départ de la randonnée. Le temps de se garer et nous partons pour 2km de ballade sur un sentier balisé en vert et correctement carrossé.

Première randonnée pour moi depuis mon accident. La condition est que si le sentier devient impraticable, nous renoncerons. EDEN sera de la partie.

Pour y accéder, nous traversons un petit pont qui enjambe un torrent. Sur le parcours des barrières à passer et refermer derrière nous  pour les troupeaux de vaches ou de moutons. Nous sommes sur un sentier privé qui passe sur les terres d’exploitation fermières. Nous ne croiserons que quelques moutons qui broutent sur les hauteurs.

Nous longeons un joli torrent qui coure en sous-bois. Nous sommes entourés de montagnes magnifiques.

20170723_162605                    DSC03284

DSC03285          DSC03286

Nous arrivons à une première bifurcation. Le premier balisage depuis que nous sommes partis. Il faut dire qu’en Norvège, ils sont avares d’indications. De loin, nous apercevons le glacier.

                                    DSC03287

Le sentier continue à être praticable. On va dire que c’est une autoroute à comparer de ce que nous avons connu. Donc, j’ai le droit de poursuivre. Yes !! Il est bordé de gros éboulis

                                DSC03289

Le sentier est raide, monte et descend.

                                            DSC03290

17h, nous arrivons en vue du lac de BONDHUSVATNET qui se miche au pied des montagnes et d’un glacier.

                                               DSC03292

Eden en profite pour aller se rafraîchier.

                                               DSC03293

Nous avons droit à une vue magnifique, sous le soleil, sur le glacier de BONDHUSBREEN. Il s’étale au soleil et descend dans une veine de la falaise. Des torrents se jettent du haut des falaises.

DSC03294       DSC03296

                20170723_165405

Au bord et au bout du lac des espaces pique-nique en granit pour déjeuner et admirer la vue.

DSC03299           20170723_165334

Nous faisons une petite pause d’1/2 heure, histoire de récupérer. Barre de Mars, banane et eau.

Le sentier a été ouvert en 2005 par la reine SONJA de Norvège? Une signature en or marque l'évènement sur un rocher.

                              DSC03300

Le sentier fait le tour du lac et au bout se poursuit dans les rochers. Le chemin change de couleur de randonnée. Il ressemble un peu à celui où je suis tombée. Donc, pour aujourd’hui, on oublie.

 

  20170723_165731               20170723_171401

Après notre petite pause, nous redescendons au camping-car. Eden est contente mais un peu essoufflée. Il fait trop chaud pour elle. Je lui avais pourtant dit de laisser  sa polaire !!!

20170723_174722          20170723_174820

Nous reprenons la route touristique qui semble vouloir s’arrêter au pied des montagnes. Un peu comme dans LES LOFOTEN. Un mur se dresse devant nous.

                                       20170723_153642

Nous le traverserons avec un joli tunnel de 11,15 km exactement. Les Norvégiens aiment la précision.

De l’autre côté du tunnel, un autre décor. La route longe une rivière turbulente dans laquelle se jettent de magistrales cascades. Hop ! Trop tard pour la photo. Mon chauffeur roule trop vite ! La route ressemble à une vraie symphonie d’eau.

Puis au détour d’un virage, un parking qui semble être saturé. Pas étonnant. Une magnifique cascade descend sur la route, l’inonde et l’enveloppe d’un joli brouillard d’eau.

                                DSC03301

Gérard essaie de trouver une place mais c’est la folie. Je vais pour descendre et prendre quelques photos quand une voiture nous laisse la place. Super ! Nous pourrons prendre notre temps pour l’admirer. Un joli chef d’œuvre de la nature. C’est la cascade de LÄTEFOSSEN.

DSC03302    DSC03303     DSC03305

DSC03307                       DSC03306  

Après cet intermède, notre route bifurque pour prendre la route touristique 520. C’est la route de RYFYLKE.

Nous laissons derrière nous le RYFYLKEFJORDEN. Nous surplombons quelques instants ses eaux sombres. La route prend de plus en plus de l’altitude. Les forêts de sapins s’éloignent. Elle devient rapidement très étroite. Les parapets de sécurité sont ridicules voir inexistants. Espérons que nous ne rencontrerons personne car ce sera encore un peu de stress pour mon chauffeur. 

20170723_193747              20170723_193924  

20170723_194115            20170723_194355

Elle monte, serpente dans un paysage de collines basses arides égayées par les lichens blanc ou jaune, les mousses vertes et la neige blanche.

De petits lacs de montagne aux eaux sombres s’enchaînent les uns derrière les autres. C’est juste magnifique.

DSC03308             DSC03309

DSC03310            DSC03312

Quelques moutons  broutent sur les versants la verdure.

DSC03315                               DSC03316      

ou déambulent sur la route

                                      20170723_194842

Séduits par le paysage, nous décidons de trouver un petit coin pour y passer la nuit. Ce sera dur, mais nous nous contenterons d’un petit terreplein en bord de lac.

                                                  DSC03332

20h45, malgré l’heure tardive, nous partons avec Eden faire sa ballade le long des lacs. Nous ne nos lassons pas d’admirer cette nature grandiose. Nous sommes à ROLDAL.

                                  DSC03317

 

 

24 juillet 2017

ROLDAL

Ce matin, malgré l’altitude, il fait 19° dans le camping-car. Dehors, 17°. Le soleil et le ciel bleu d’hier nous ont lâchés. La pluie et un ciel chargé ont refait leur apparition. Dommage !! De coup, une fois de plus, ce matin, nous traînons sous la couette.

Puis tout à coup, nous sommes secoués. Nous pensons que c’est Eden. Mais non, elle est comme nous, fatiguée et elle dort.

Ce sont nos amis les moutons qui jouent et se grattent contre notre camping-car.

Nous finissons par sortir de la couette. Gérard part faire la ballade matinale avec Eden. Les moutons s’éloignent momentanément. En revenant, Gérard rentre Eden et ressort chercher ses croquettes. Les moutons sont revenus. Les deux jeunes moutons sont très joueurs. Photos obligent car ils ne sont pas sauvages et se laissent très complaisamment photographier.

DSC03319             DSC03320

DSC03321             DSC03322

DSC03324                 DSC03325

Nous finissons de traîner, déjeuner. Par intermittence, nous avons droit à de sévères averses. La journée risque d’être triste et difficile pour les photos.

14h15 nous sonnons le départ, mais avant nous partons à la recherche de nos amis moutons qui vadrouillent beaucoup. Nous avons du pain dur et nous allons essayer de leur donner. Nous descendons vers les lacs qui sont plus bas.

DSC03329          DSC03330

DSC03333              DSC03335

Nous les trouvons en train de brouter. Ils s’approchent de nous. Je leur lance le pain mais je n’ai pas de succès. Ils préfèrent sans conteste l’herbe fraîche.

                                             DSC03338

Le long de la route de petites étendues d'eau sont alimentées par le ruissellement des roches. L'eau est d'un limpidité incroyable.

DSC03336                   DSC03339

Nous en profitons pour quelques photos des  plaques neige qui résistent malgré la saison. Elle tout de même une épaisseur importante.

DSC03340                DSC03341

Nous remontons au camping-car.

15h00 il est temps d’y aller ! Nous quittons notre bivouac.

DSC03326           DSC03331

Départ sous la grisaille. Le paysage est splendide. Montagnes rocheuses rondes tapissées de vert et tachées du blanc de la neige et des moutons. Les virages s’enchaînent. Nous circulons entre rochers et lacs. La route est toujours très étroite.

DSC03342           DSC03343

DSC03344                DSC03348

                                    DSC03352

Nous arrivons à proximité d’un petit barrage. La passerelle du barrage sert de pont. Gérard s’engage. Aucune indication de largeur.

DSC03355                 DSC03356

Tout à coup, le rétro du chauffeur se rabat. Gérard rectifie sa trajectoire et c’est le mien qui saute. En fait nous sommes trop large avec les rétros. Au moins, maintenant, c’est bon. A la sortie du pont, nous trouvons une place pour se garer et remettre les rétros en place.

Nous amorçons la descente. Toujours le même scénario. Verdures, lacs, maisons isolées au bord des lacs et au pied des montagnes. Un appel à la nature.

DSC03360                DSC03361

DSC03362      DSC03363

Puis, la route décide de remonter. Là, nous longeons des gorges au fond desquelles courent des torrents bruyants.

DSC03366              DSC03367

16h, nous faisons un petit arrêt sur le site d’une ancienne mine de zinc. Nous décidons de faire une pause et de la visiter. La visite sera courte. Le site a été aménagé avec un café et un musée. Le tout à proximité des ruines des bâtiments de la mine. L’architecture du musée ressemble à un observatoire ou un puit de mine.

DSC03368             DSC03369

DSC03370                DSC03372

Il est réalisé dans une couleur noire pour rappeler le minerai. Nous faisons une halte au musée qui se trouve sur le sentier. Outils, documents, photos, titres d’exploitation y sont exposés. Pas de photo possible, il y fait trop sombre. Certainement pour rappeler la mine.

 Nous poursuivons le sentier jusqu’à la mine. Il longe une petite rivière impétueuse et surplombe la ravine. Nous sommes vite arrêtés dans notre élan. Le chemin s’arrête net au bout d’un pont en bois. Il est barré pour cause d’éboulement. Tant pis ! Nous aurons fait une petite promenade.

Nous repartons rapidement. Nous sommes à quelques km de SAUDAL. Nous allons en profiter pour faire quelques courses.

17h15 nous reprenons notre route avec 2 arrêts brefs. L’un pour l’essence. Nous sommes lundi et le lundi en Norvège, l’essence est moins chère. C’est l’infirmière Nina qui nous a expliqué cela. Le second arrêt sera pour faire le plein d’eau et les vidanges des cuves.

Les corvées terminées, c’est reparti. Nous poursuivons notre route touristique mais un peu déçus car la pluie ne nous a pas quittés de l’après-midi. Cela ne nous empêche pas d’admirer les paysages qui sont magnifiques.

Nous continuons à contourner ou longer les fjords.

                                      20170724_183636

Nous traversons les montagnes à coup de tunnels. Malgré les changements de versants, la pluie est toujours là. Elle nous suit. Nous traversons des forêts de sapins dont les cimes sont habillées par les nuages qui sont très bas.

20170724_193720              20170724_201215

Les nuages norvégiens ont l’humeur vagabonde. Ils en profitent pour descendre sur la route et remonter sur les montagnes qui se jettent dans le fjord.

20170724_201818                      20170724_201905

Sur le fjord que nous longeons, il y a une multitude d’îlots et de bras  qui s’entrecroisent.

18h50 nous arrivons à NESVIK. Il tombe des cordes. C’est le terminal d’un ferry. Je descends me renseigner car il y a 2 destinations. La nôtre est HJELMELAN. C’est ok. Le prochain est dans 15mn.

Notre ferry arrive.

                                         DSC03374

19h13, paiement, embarquement. 19h15 c’est le départ. Nous ferons la traversée sous la pluie et la grisaille. 19h30 nous touchons le quai d’HJELMELAND.

Nous débarquons et nous filons sur 40 km sans aucun arrêt sous la pluie jusqu’à JORPELAND. Nous sommes à 9km du PREIKESTOLEN ou « LE ROCHER DE LA CHAIRE » que nous voulons gravir demain.

Nous sommes sur une ville de moyenne importance et comme toutes les villes, difficile de trouver une place tranquille pour la nuit. Nous voulons éviter de trop nous éloigner pour notre randonnée de demain.

Pour cette nuit, nous ne serons pas exigeants. Nous nous contenterons d’un parking en centre ville un peu à l’écart et avec aucun panneaux d’interdiction. Nous avons même une vue sur le fjord qui se trouve de l’autre côté de la route.

Il est 21h15. La ballade d’Eden sera très courte ce soir car il pleut.

Posté par chantal_gerard à 01:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 juillet 2017

20 - 21 - 22 juillet 2017

20 juillet 2017

INDRE ARNA

Ce matin, soleil et ciel bleu. Dans le camping-car 17°. La météo prévoit 27° dans la journée. Je veux bien, mais on va peut-être attendre pour voir. Dans tous les cas hier c’était le top question temps. Nous avons apprécié.

Au programme ce matin, des corvées. Le gaz. 1 des bouteilles est vide et médecin. AIE !!!!!!!

Du camping-car, nous avons une vue super sur le fjord et les villages qui s’accrochent aux montagnes. Petite photo quand même avant de prendre la route pour BERGEN.

DSC03131                DSC03132

                                DSC03133

12h45 le départ, sous le soleil et le ciel bleu. Il faut en parler quand il y en a !!

Direction le gaz. Nous avons une adresse à KNARVIG. A KNARVIG, nous avons un peu tourné avant de trouver. Sur place, nous trouvons de quoi faire les vidanges et le remplissage d’eau.

Pour le gaz, c’est un peu plus compliqué. C’est un automate. Donc, il ne peut distribuer que des bouteilles de gaz. Ça ne fait pas notre affaire.

Nous en profitons pour faire le plein d’essence, car Gérard s’est aperçu qu’il y avait des pompes avec un tarif très intéressant. Ce sera déjà ça de gagner.

Pour le gaz, il va falloir trouver une autre adresse. Nous nous garons, pour faire le point. Je reçois un coup de téléphone et pendant que je discute, je vois arriver de l’autre côté de la route un camping-car, qui se gare et qui ouvre sa soute à gaz. En fait, nous ne sommes pas du bon côté de la route mais rien pour signaler le distributeur. Finalement, heureusement que nous ne sommes pas partis tout de suite. Cela nous éviter de nous détourner du trajet pour trouver un autre distributeur. Nous faisons notre plein de gaz et cette fois c’est parti pour BERGEN.

Avec tout ça, il est quand même 14h30. Mais ça fait partie du voyage.

La météo avant raison, depuis ce matin la température extérieure est montée. Il fait 27° mais avec un ciel de traîne qui se met en place. Il fait très lourd.

Maintenant, il nous faut un camping pour pouvoir nous poser et visiter BERGEN tranquillement. Nous essayons de trouver ce qu’il y a de plus pratique et de moins loin pour se déplacer. 15h15, nous sommes au sud de BERGEN à BRATLAND. Nous avons trouvé un camping à 18 km de BERGEN au bord de l’eau et la verdure pour EDEN et pour couronner le tout, le bus pour BERGEN à notre porte. Bon. Parfait !

Je fais, les formalités d’entrée, prends tous les renseignements pour se rendre à BERGEN et surtout pour trouver un médecin qui puisse m’enlever mes points. Car c’est le grand jour !!!! OUF !!!!!!

Nous nous posons un moment car Gérard se sent fatigué. Vers 16h nous reprenons notre camping-car et direction NESTTUN à quelques km où il y a un centre d’urgence. Je n’ai pas de rendez-vous. Je vais tâcher tout de même de me faire enlever les points ce soir. Ensuite, nous nous poserons car demain c’est la visite de BERGEN en bus, tram et petits pieds.

16h30, je me présente au centre d’urgence. Gérard m’attend dans le camping-car pour savoir si c’est bien là (nous avons eu du mal à le repérer) et surtout parce qu’il n’y a pas de place pour se garer. La secrétaire m’accueille chaleureusement. Je lui explique ma situation. Aucun problème, elle va faire les formalités d’entrée. Je lui explique que je reviens car j’ai quelqu’un qui m’attend. J’accompagne Gérard à un parking et nous revenons.

La secrétaire toujours aussi gentiment fait les formalités d’entrée tout en discutant de ses vacances. Elle est très bronzée. Je lui demande si c’est en Norvège qu’elle a trouvé le soleil car nous, nous ne l’avons pas trouvé. Elle sourit et nous dit qu’elle rentre de Grèce. Ceci explique cela.  Puis elle nous fait patienter en salle d’attente.

Au bout de quelques minutes c’est mon tour. Nous sommes reçus par une infirmière, très gentille, qui se présente. C’est CLOE. Elle me met à l’aise car elle voit que je suis un peu tendue.

Elle m’explique que c’est elle qui va m’enlever mes points mais comme je n’ai pas vu de médecin depuis 10 jours, il faut qu’il y en ai un qui vérifie l’état des cicatrices.

Nous patientons encore quelques minutes et un médecin vient m’examiner. Cloé est présente. Il défait les pansements et finalement tout est propre, sain et pour finir ce sera très « NICE ». Juste un peu de temps et de la patience. Parfait !!!

Il me laisse entre les mains de Cloé qui enlève mes points, nettoie et me fait un petit pansement de protection pour les lunettes. Pas de savon pendant quelques temps encore, juste de l’eau et éventuellement désinfecter car il y a encore quelques croûtes qui vont partir avec la douche.

Encore une fois, nous faisons le constat de la gentillesse, de l’écoute et de la serviabilité des Norvégiens.

Nous ressortons. 17h45 ! Voilà comment on perd un après-midi.

Retour au camping-car et direction le camping.

Une fois installé, nous partons en ballade avec Eden et découvrir les abords du camping.

L'eau est un vrai miroir.

                                                       20170720_184745

              20170720_184837

Au retour, apéro dehors ! Il faut 27°, il est 19h et il fait très lourd. Le ciel commence à se charger. Je sens que demain s’annonce une journée moins sympa au niveau temps.

 

21 juillet 2017

BRATLAND - BERGEN

Dans le camping-car 19°. Dehors pareil 19° mais, parce qu’il y a toujours un mais quand on parle de météo, il pleut !!!! Je le présentais hier au soir.

Visiter BERGEN sous la pluie, à bus, tram et petits pieds, franchement ce n’est pas le top et tout d’un coup, cela devient tout de suite beaucoup moins sympa.

Quand je pense à la journée d’hier avec ses 27° que nous avons perdue avec les corvées et le médecin. J’enrage !

Gérard dit « tant pis ! Que nous avons connu pire ». Bon ok ! C’est parti pour BERGEN ! avec ma nouvelle tête. Il y a de l'amélioration dans l'air.

                                         DSC03138

Avant de partir, nous nous arrêtons à la réception acheter LES CARTES DE BERGEN. Elles donnent accès à tous les transports et une grande partie des musées.

12h  c’est le départ. L’arrêt de bus est à l’entrée du camping. Nous n’attendons guère longtemps pour voir arriver notre bus. Il nous dépose au terminus à NESTTUN, pas très loin d’ailleurs, du centre d’urgence. Là, nous prenons un tram qui nous dépose à son terminus.

Il est 13h lorsque nous descendons du tram.  Avec notre plan, nous nous dirigeons vers le centre de BERGEN et plus particulièrement à la recherche du point I TOURIST.

Un peu de marche et nous arrivons sur le port très animé. Le bureau I est sur les quais, à côté du marché extérieur aux poissons et juste en face des fameux BRYGGENS. Au point I, il y a une foule et un bruit incroyable. Des comptoirs de partout avec des agents d’accueil. Il faut prendre un ticket, comme pour le rayon fromage. Finalement, comme dans toutes les grandes villes, nous ressortons bien moins renseignés qu’avec notre guide. A part vendre des attractions, des entrées de musées ou des croisières, ils ne sont guère disponibles. Pas grave ! Nous allons nous débrouiller !

Nous ressortons, content de quitter ce brouhahas. Dehors, le ciel  est toujours nuageux mais il fait très chaud et par moment le soleil s’impose. Finalement, avec nos blousons et dessous nos polaires nous avons beaucoup trop chaud.

Nous sommes sur les quais du port de BERGEN. Nous traversons le marché extérieur aux poissons. Ça sent super bon ! C’est le poisson fumé et la restauration qui se fait sur place.

Nous flânons un peu le long des étals. Si nous le souhaitons, nous pouvons nous restaurer sur place. On choisit les produits que l’on souhaite consommer (uniquement du poisson ou crustacés), on s’installe le temps de les préparer et de les cuire et on vient nous servir. Alléchant !!! Pour l’instant, il est un peu tôt et nous n’avons pas très faim. Nous verrons tout à l’heure.

DSC03182               DSC03183

                                              DSC03184

Nous laissons les odeurs du marché derrière nous et nous filon prendre notre bus. 1er objectif de visite, le musée de la Marine. Gérard veut retrouver l’endroit où il a été pris en photo il y a 44 ans. Pas gagné !

On ne croyait pas si bien dire. Ce fut le parcours du combattant pour trouver ce fameux musée. En principe, nous devons prendre le bus n°4. OK, nous trouvons l’arrêt. Nous demandons confirmation à une dame qui attend, elle nous confirme que c’est bien ça. Le bus arrive, nous passons à l’avant et je demande au chauffeur s’il va bien au musée. Et bien non ! C’est de l’autre côté de la route dans l’autre sens.

Pas de souci ! Nous partons chercher l’arrêt de bus qui se trouve devant les BRYGGENS. Pareil, lorsque nous montons dans le bus, je demande confirmation au chauffeur. C’est tout bon et ce sera le 3ème arrêt. Super !

DSC03139            DSC03140

De petits passages permettent de traverser l'intérieur du quartier. Nous y reviendrons après le musée.

                                        DSC03141

3 arrêts plus loin, nous descendons et avec notre plan, nous cherchons  à nous repérer. Normalement nous devons trouver un pont et faire environ 10 mn de marche. Nous partons dans un sens et très vite nous nous rendons compte que quelque chose ne va pas. Nous rebroussons chemin, mais toujours très sceptique. Rien ne correspond au plan. Nous sommes en bordure de port, nous trouvons une entreprise de matériaux qui est ouverte et surtout avec quelqu’un qui puisse nous renseigner. En fait, nous sommes à l’autre bout de la ville. Le chauffeur nous a baladés, c’est le cas de le dire.

Nous n’avons plus qu’à reprendre notre bus n°4 et repartir dans le sens inverse. Nous montons dans le bus, j’explique au chauffeur où nous voulons aller et tout devient très compliqué. Il ne nous comprend pas. Nous sommes tombés sur le seul Norvégien qui ne parle pas anglais mais super gentil et très serviable. Il nous fait comprendre de nous asseoir derrière lui et d’attendre. Il va se renseigner plus loin.

Il surveille qu’on ne descende pas et quelques arrêts plus loin, il descend et prend conseil auprès de 2 contrôleurs dont 1 parle anglais. Ça nous paraît compliqué de trouver ce musée. Finalement, c’est bien la bonne ligne et 2 arrêts plus loin.

A l’arrêt du musée, il descend du bus avec nous pour nous expliquer le trajet à pied mais en norvégien. Il voit que c’est compliqué et que nous ne comprenons pas grand-chose. Il interpelle les passagers pour savoir si quelqu’un parle anglais et puisse nous guider. Nous le remercions très chaleureusement.

Encore une fois, nous sommes tombés sur quelqu’un de très gentil, super serviable, souriant qui s’est mis en 4 (c’est le cas de le dire) pour nous rendre service. Top !

Avec tout ça, il est 14h30 et nous n’avançons pas. Nous avons perdu un temps fou à trouver ce foutu musée.

Nous arrivons enfin au musée qui est en fin de compte à quelques mètres de l’arrêt de bus. L’extérieur du musée est en pierre très rustique et en cours de restauration. Pour l’instant, aucun souvenir ne remonte pour Gérard.

                                                DSC03164

 Avec la carte de Bergen, l’entrée est FREE. C’est très bien ! On nous remet une documentation tout en français, ce que nous trouvons très agréable. C’est parti pour la visite.

L’intérieur est très moderne, clair avec beaucoup de baies vitrées et sur 2 étages.

Le musée de la Marine, retrace l’évolution de la marine norvégienne à travers les siècles. De l’âge de pierre (gravure rupestre)

                            DSC03142

en passant par l'ère viking

                                    DSC03144

à nos jours, y compris la marine de croisière, marchande et pétrolière.

De très belles maquettes de toutes les époques retracent cette évolution.

DSC03147                 DSC03148

                                  DSC03149

Dans les vitrines, de nombreux accessoires sur la manière de lire les cartes et les astres

DSC03150  DSC03151  DSC03152

ou de la vie courante sur le bateau.

Dans certaines parties, des reproductions grandeurs nature d’embarcations,

                                              DSC03154

de celle d’un pont de bateau et de ses cabines. Quelques proues de bateau sont également exposées.

                                                             DSC03155

Nous poursuivons notre visite qui est très intéressante avec de très nombreuses maquettes sur la marine de croisière

DSC03156                       DSC03157

la marine marchande et pétrolière

DSC03160   DSC03161

la marine scientifique.

                                                      DSC03162  

L'exposition porte sur la guerre de 39/45 où la marine marchande norvégienne a joué un très grand rôle.

Par contre, aucun indice de souvenir pour Gérard. Une certitude s’impose, ce n’est pas là qu’il a été pris en photo. Le cadre est trop moderne. Ce n’est pas grave !

Nous quittons le musée. Au lieu de reprendre un bus, nous décidons de redescendre dans le centre de BERGEN à pied.

En chemin, nous faisons une halte à l’église ST JOHANNES. Elle est ouverte et « FREE ». L’intérieur est très dépouillé mais brille par l’ampleur et la beauté de ses plafonds tout en bois.

DSC03165                                   DSC03167

DSC03168                DSC03169

Au-dessus de la chaire, une belle coupole qui rappelle la flèche de l’église.

                                                               DSC03166

L’extérieur est tout en pierre rouge. Sa flèche s’élance dans le ciel. 

                                      DSC03171    

Elle se dresse sur un promontoire et surplombe BERGEN.

                                       DSC03173

 Une série de volées d’escalier qui ramènent au centre de BERGEN.

                                                DSC03174

Au bas de l’église, nous traversons la place TORGALMENNINGEN où les badauds flânent au soleil, les touristes se reposent et les saltimbanques jonglent ou jouent de la musique.

                                            DSC03175

Nous nous retrouvons sur les quais du port à proximité du marché aux poissons. Les odeurs réveillent l’appétit de Gérard. Nous finissons par craquer. Pour moi, une assiette de baleine accompagnée de légumes variés chauds

DSC03179              DSC03180

et pour Gérard, une brochette de gambas et une de poissons avec des légumes variés chauds.

DSC03177                 DSC03181

Le tout arrosé de la bière du marché.

                                                             DSC03176

Cette petite pause nous a fait du bien car il fait très lourd. Pas forcément ensoleillé mais très lourd. Avant de quitter le marché, nous en profitons pour faire quelques emplettes de baleine et anguille fumées.

Puis nous reprenons les quais et nous passons de l’autre côté pour aller admirer et flâner dans le quartier très coloré des BRYGGENS. BRYGGEN veut dire «  le quai »

                                               DSC03139

C’est le plus vieux quartier de BERGEN qui s’étire le long de la rive et du port. De petits porches permettent de s’enfoncer à l’intérieur du quartier et admirer les vestiges du passé.

                                                 DSC03141

Comme dans beaucoup de lieux, un Troll nous accueille.

                                                           DSC03188

 Derrière les pignons des façades tournées vers le port s’étendent de longues rangées parallèles d’édifices en planches brutes, le tout a été reconstruit sur des fondations en pierre ou en bois après l’incendie de 1702. En Norvège beaucoup de villages ou d’édifices ont été reconstruits après des incendies.

DSC03189   DSC03192    DSC03193

Enchevêtrement de bâtiments, ruelles étroites,

DSC03196 DSC03197  DSC03199

une petite ville dans la ville où le moindre espace est utilisé

DSC03200                              DSC03201

DSC03203          DSC03205

Ici, boutiques de souvenirs, artisanat, galeries d’art et entreprises occupent les bâtiments et continuent à animer le quartier toute l’année.

DSC03190            DSC03191

                                                       DSC03198

Pour terminer la journée, nous nous rendons à la Cathédrale de Bergen. Nous sommes déçus. Tout l’extérieur est en travaux avec des échafaudages et des bâches.

Nous flânons dans les ruelles avoisinantes où les maisons sont colorées et en bois.

Voilà, pour aujourd’hui, nous ne pourrons pas en faire plus. L’église Ste Marie est fermée depuis 16h ainsi que le musée à ciel ouvert.

Nous passons tout de même par la tour ROSENKRANTZ et ses jardins. C’est un donjon à la fois ancienne résidence de gouverneur et poste défensif.

DSC03209                        DSC03206

 

                                         DSC03207

Compte tenu de l’architecture extérieure et de la forme des fenêtres, je pense que c’est là que Gérard a été photographié.

Nous en faisons le tour extérieur ainsi qu’une petite promenade dans les jardins qui dominent le port.

DSC03210                DSC03212

                                      DSC03215

Nous essayerons de revenir demain matin avant de quitter BERGEN.

Il est temps de rentrer. Nous sommes fatigués. Nous retraversons le centre pour aller chercher notre tram et le bus pour le camping.

Il est 19h30 lorsque nous nous posons au camping-car. Le temps de souffler 5mn et nous repartons en ballade avec Eden. Il fait beau, le soleil joue de ses couleurs mais il fait très lourd.

20h30, c’est bon, nous pouvons nous poser et profiter de l’apéro dehors. Ce serait dommage de ne pas en profiter.

                                                DSC03217

Par contre, la soirée se finira à l’intérieur car la fraîcheur tombe très vite. Au programme de la veillée, mise à jour du blog, planning du retour.

 

22 juillet 2017

BRATLAND

Ce matin dans le camping-car 22°. Dehors, 21°. Ciel chargé, nuages menaçants. Chaleur lourde. Éclaircies mais pas de pluie.

Ce matin, un peu dur de se lever. Nous déjeunons tranquillement. Une fois prêts, nous faisons le point sur le trajet de la journée. Je termine la publication sur le blog, je prépare une grosse salade composée avec des cocos de Paimpol, intendance du camping-car avant de partir et dernière ballade avec Eden. Finalement, au bout du bout, il est 14h30 lorsque nous quittons le camping.  

                                           20170722_133153

Nous sommes samedi. Il nous faut faire le plein de courses avant 18h. Les magasins ferment très tôt. Nous commençons par les courses avec un arrêt à NESTTUN puisque c’est sur notre route et qu’il y a des magasins.

Il est 16h lorsque nous terminons les courses. Pas grave, mais trop tard et surtout inutile pour retourner sur BERGEN. Les musées sont fermés. Nous décidons de reprendre notre route.

Direction NORHEIMSUND pour emprunter la route touristique HARDANGER qui longe l’HARDANGERFJORDEN et traverse le parc national de l’HARDANGERVIDDA.

Nous route, nous faisons une petit pause-café devant une très jolie cascade et une rivière qui coule au fond de la ravine.

DSC03218                 DSC03220

Nous reprenons notre route. Le paysage est toujours aussi varié. Montagnes boisées ou arides clairsemées de neige, rivières, torrents et cascades.

18H. Nous faisons un arrêt à NORHEIMSUND qui est la porte d’entrée vers l’HARDANGERFJORDEN. A l’entrée de la bourgade, la cascade de STEINFOSSEN haute de 50m.

DSC03221      DSC03222     DSC03223

DSC03224  DSC03226

Des aménagements ont été faits pour que l’on puisse passer derrière le rideau d’eau.

DSC03227                    DSC03228

DSC03231               DSC03235

Après la cascade, nous poursuivons la route touristique magnifique qui offre de beaux points de vue à partir d’OYSTESE. La route devient très étroite, passe par une forêt de sapins avec des habitations très clairsemées au toit végétal, pour plonger sur un des bras de l’HARDANGERFJORDEN, le SAMLAFJORDEN.

La vue est tellement magnifique que Gérard fait un arrêt photo dans un virage.

                              DSC03246

Il faut dire que la circulation n’est pas très importante. Pour l’instant, nous avons rencontré que peu de monde.

DSC03243            DSC03244

                                        DSC03245

Nous finissons notre descente, longeons le fjord et le traversons le pont de FYKSESUNDBRUAT.

DSC03250                   DSC03251

La vue est absolument splendide.

D’un côté l’HARDANGERFJORDEN avec les montagnes enneigées

    DSC03253     DSC03261

et de l’autre le SAMLAFJORDEN et ses maisons accrochées sur ses rives aux eaux d’un bleu profond.

DSC03252               DSC03254

DSC03255                DSC03257

                                          DSC03258

C’est super top sous le soleil qui domine depuis l’après midi.

Nous continuons de longer le fjord jusqu’à KVANNDAL. Normalement, nous devions continuer notre route et faire le grand tour par la route afin de profiter un maximum des paysages.

Finalement, à KVANNDAL, nous apercevons le terminal d’un ferry. Il est 20h25. Nous hésitons à nous arrêter compte tenu de l’heure. Finalement, nous nous arrêtons. Gérard descend vérifier les horaires. Il met un temps fou à revenir. Il a trouvé des Belges qui attendent également le ferry. C’est leur premier séjour en Norvège.  Ils ont vu que nous étions Français. Du coup, ils ont interrogé Gérard sur notre voyage et ce que nous avons visité. Il trouve très sympa notre façon de voyager.

Le dernier ferry est à 21h. C’est parfait ! Il fait super beau et chaud. C’est vraiment agréable de profiter ainsi de la soirée. Nous prenons la file d'attente.

DSC03262           DSC03263

                            DSC03264

Notre ferry revient d'UTNE pour son dernier passage de la journée.

DSC03265           DSC03267

                                         DSC03269

20h50, paiement et embarquement. 21h départ.

Nous arrivons à destination à UTNE il est 21h25. Nous débarquons. Le petit village nous parait sympa avec son église en bois blanc.

DSC03270               DSC03271

Nous allons essayer de trouver un petit coin pour y passer la nuit. En vain. Trop pentu vers le fjord ou les montagnes.

Nous décidons de poursuivre un peu notre chemin et nous avons bien fait. Nous trouverons notre bonheur sur un ponton, au bord du fjord et face aux montagnes. Magnifique pour la nuit.

Nous sommes en face d’une exploitation fruitière. Sur le ponton, des tables de pique-nique avec des jeunes sont attablés. Avant de nous installer, je descends leur demander si nous pouvons rester pour une nuit car il y a des habitations tout autour du ponton. Pas de problème. Super. Nous sommes à LOTHE

Nous nous installons. Il est 21h50 et nous repartons en ballade avec Eden le long du fjord et des vergers.

Nous aurons même droit à un super coucher de soleil.

DSC03272                 DSC03273

                                                DSC03274

Posté par chantal_gerard à 23:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2017

18 - 19 juillet 2017

18 juillet 2017

LAERDAL

Température dans le camping-car 16°. Un petit coup de chauffage pour assainir l’humidité. Le ciel est toujours couvert avec de gros nuages menaçants. Pour l’instant pas de pluie.

DSC02895     DSC02896

                                           DSC02897

 

Aujourd’hui, au lieu d’emprunter un tunnel de 24,5Km nous allons parcourir « LA ROUTE DE LA NEIGE » sur 43km.

Elle porte plusieurs nom, la « ROUTE DE LA NEIGE » ou « SNOVEGEN » ou encore « L’AURLANDSVEGEN »

La « SNOVEGEN » grimpe en lacets le relief escarpé du fjord avant de serpenter sur le haut du plateau aride qui sépare AURLAND de LAERDAL. Elle n’est ouverte que l’été.

12h45 c’est le départ après 1h de soins infirmiers !! Ça se tire !! Plus que 2 jours pour les points. Ouf !!!!

                                        DSC02891

Les éclaircies nous accompagnent. Un petit tunnel. La route longe le fjord. 2km et le panneau de LA SNOVEGEN est annoncé. Une bifurcation à gauche et nous nous retrouvons sur une route étroite où seul 1 véhicule peut passer..

                                         20170718_125146

C’est parti pour 43 Km de découverte. Je vous propose de nous suivre jusqu'à AURLAND.

La route commence à grimper progressivement.

20170718_125558   20170718_125602

                              20170718_125626

Pour l’instant c’est toujours un paysage de montagnes boisées soit de sapins, soit de bouleaux ou un mélange.

                                20170718_130637

Nous surplombons de petites gorges où courent des torrents dans lesquels se jettent d’énormes cascades.

20170718_130734                    20170718_131341

Un premier arrêt photo. C’est moi qui m’y colle, mais je reviens très vite car le sol est glissant et avec ma vue j’ai peur de faire des bêtises. Finalement c’est Gérard qui descendra prendre les photos. Des passerelles surplombent le torrent et mènent à des sentiers de randonnées.

DSC02898            DSC02899

                                       DSC02901

La route continue de grimper. Toujours aussi étroite. Nous laissons les montagnes boisées dans la vallée pour retrouver les montagnes rocheuses, arides. Elles sont colorées par le lichen jaune et blanc, les mousses et la neige que nous commençons à voir réapparaître. Sur la route nous croisons un mouton solitaire.

20170718_131350               20170718_131810

                                        20170718_132053

Quelques km plus loin, nous faisons une pause pour admirer la vallée. Les passerelles sont aménagées et mènent à une grotte. C'est la grotte d'un ours qui nous donne une leçon sur la protection de la faute et de la flore en montagne et l'écologie.

DSC02902                  DSC02904

Nous poursuivons notre grimpée pour faire un arrêt sur un plateau où une petite cascade se jette dans un lac de montagne bordé de neige.

DSC02906              DSC02907

                                  DSC02908

Les randonneurs ou les touristes marquent leur passage sur les lieux.

                                    DSC02909

Nous poursuivons notre ascension . La route passe entre les lacs.

20170718_133412          20170718_134605

                                  20170718_134758

Dernière montée et quelques virages.

20170718_134938             20170718_134957

20170718_135015        20170718_135109

 20170718_135151   20170718_135156

La route n'en finit pas de monter et serpenter. 43 km sur des routes comme celles-ci, c'est très long mais très beau.

20170718_135236            20170718_135251

Et là, nous découvrons un paysage désertique de neige et de lacs gelés. Même la grisaille ne gâche pas la splendeur du tableau.

20170718_135350     20170718_135551

DSC02910        DSC02911

DSC02912          DSC02913

Non ce ne sont pas des habitations, uniquement des locaux techniques pour la voirie.

                                          DSC02914

Mais non Gérard, tu peux y aller. Ce n'est pas la cohue !!

                                  20170718_135428

Nous passons entre lacs et roches pour déboucher sur un plateau aride où seul résiste les rochers. C’est un paysage un peu lunaire. De partout des amas de roche.  On dirait des éboulis.

20170718_135711       20170718_135833

20170718_135959             20170718_140013

Ici, la neige résiste et reste présente en grande quantité. Les lacs sont gelés. C’est incroyable cette diversité de paysage sur une même route.

La route se poursuit pendant quelques km sur le plateau. Puis commence à se dessiner la descente. Déjà au loin, nous apercevons les montagnes tapissées de vert sombre des forêts ou du vert clair des prairies ou mousses.

20170718_140611        20170718_140617

20170718_140708              20170718_141039

Nous amorçons la descente avec une pente de 8% et des virages en épingles à cheveux. De ce côté du versant, tout est vert, mais désertique également.

La descente se poursuit mais devient par moment un peu compliqué. Il n’y a le passage que pour 1 seul véhicule. Les conducteurs sont prudents et ne roulent pas trop vite. Des zones de rabattement permettent aux véhicules de se croiser. En Norvège, très peu de glissières de sécurité. Il faut donc du sang froid et de la prudence.

De virages en virages, nous avons une vue sur la vallée et ses maisons isolées. Gérard restera dans le camping-car. Lorsqu'il a serré le frein à mains et lâcher le frein, le camping-carprenait la pente.

DSC02915                       DSC02916    DSC02917

Le soleil a décidé de passer la journée avec nous ce qui rend le parcours beaucoup plus attrayant.

Nous faisons une halte sur le parking de STEGASTEIN.  

20170718_142927               20170718_142945

La vue est magistrale ! sur AURLAND et son fjord l’AURLANDFJORDEN aux eaux turquoises.

DSC02918              DSC02919

DSC02920         DSC02921

STEGASTEIN, c'est une longue plateforme qui s’avance au-dessus du vide et de l’AURLANDFJORDEN. Le bout de la plateforme est arrondi et en verre, accentuant ainsi la sensation de vide.

DSC02924     DSC02925

Nous repartons pour le dernier tronçon de cette « SNOVEGEN » où à chaque virage, nous espérons ne croiser personne et où nous avons une vue plongeante sur le fjord, AURLAND, les prairies. C'est parti jusqu'à AURLAND !

20170718_144005             20170718_144012

20170718_144242           20170718_144410

20170718_144457   20170718_144503

20170718_144511   20170718_144532

20170718_144656         20170718_144749

                            20170718_144825

Attention dans le virage, les boîtes aux lettres.

En Norvège, l'habitude est que toutes les boîtes aux lettres d'un ensemble de maisons se retrouvent au même endroit. Le facteur ne passe pas faire une distribution individuelle. De même qu'il y a toujours une boîte aux lettres rouge, c'est celle de la poste. Les habitants mettent leur courrier et le facteur le relève lors de sa distribution.

                               20170718_144901

Nous terminons notre descente

                             20170718_144951

15h, nous passons la pancarte « AURLAND ». Gérard pousse un ouf de soulagement.

20170718_145213               20170718_145224

Une pause s’impose pour le chauffeur.

AURLAND est un petit village composé de maison blanche niché au creux du fjord. Il s’étale en longueur et en hauteur sur les pentes du fjord

Dans un premier temps, nous allons faire quelques pas dans le village et sur les pontons du port. Nous profitons du soleil qui brille depuis ce matin et qui nous a permis de faire la route sous le soleil.

DSC02934                DSC02936

                            DSC02937

Sur le retour, nous prenons le temps découvrir sa jolie petite église blanche, en pierre avec à l’intérieur, une magnifique charpente de bois très travaillée.

DSC02927           DSC02928

                              DSC02930

Le clocher est séparé du batiment principal et se dresse dans le cimetière.

DSC02931    DSC02932   DSC02933

Avant de quitter AURLAND, un petit encas et 16h c’est le départ pour terminer les 9km qui nous séparent de FLAM. Nous avons la possibilité de terminer le parcours par la route touristique ou la grande route E6.

Gérard opte pour l’E6 car il est un peu fatigué par la tension de la journée.

17h FLAM, qui baigne au soleil au fond de l’AURLANDSFJORDEN avec amarré à son quai le paquebot de croisière QUEEN MARY 2. FLAM est une étape touristique des croisières. Toujours aussi impressionnant de voir des énormités pareilles sur une si petite surface d’eau qu’est le fond d’un fjord.

                       DSC02938

Nous trouvons rapidement un parking et de plus à proximité du centre. Nous partons à la découverte de ce petit point touristique. Eden sera de la ballade.

Les gens sont un peu interpellés avec mon look. Mais bon, je m’habitue. De temps en temps, on me demande ce qu’il m’est arrivé et j’ai droit à un peu de compassion. C’est rigolo.

Première étape, le point I TOURIST. Je l’affectionne tout particulièrement. C’est vrai que ça me permet souvent de compléter mes informations et de tester mon anglais. Il y a énormément de monde.

Pour le coup, Gérard reste dehors à m’attendre avec Eden au soleil. Je ressors, un peu déçue, avec les renseignements dont j’ai besoin pour demain. A savoir une sortie bateau sur le NAEROYFJORDEN et une virée en train avec le FLAMSBANA. Les personnes qui m’ont renseignée ne cherche pas à faire du culturel mais plutôt de la vente de billetterie comme dans toutes les villes où les paquebots accostent. Nous allons étudier tout ceci tranquillement au camping-car.

En attendant, nous partons flâner sur le port aux abords du QUEEN MARY 2. Il semblerait qu’il soit en train de faire les manœuvres de départ. Les passagers sont tous sur les ponts pour le traditionnel au revoir au port.

DSC02942          DSC02943

Sur les quais, le personnel du port fait des OLA et les passagers répondent.

Puis le paquebot glisse tout doucement en marche arrière pour s’éloigner du quai.

DSC02945          DSC02946

 

Sur le côté, les trappes sont encore ouvertes et le personnel fait des signes d'au revoir avec de grosses mains cartonnées. C'est super drôle !

                              DSC02947

Il se place au milieu du fjord et commence une manœuvre de demi-tour.

DSC02948               DSC02950

 DSC02953    DSC02954

Lorsqu’il est dans l’axe pour le départ, il fait retentir ses sirènes qui font échos avec les montagnes et il s’éloigne rapidement.

DSC02955                  DSC02956

19h30 de retour au camping-car, nous nous déplaçons. Les parkings se sont vidés et nous nous rapprochons du bord du fjord. Nous faisons un point de notre journée de demain et étudions les documents qui m’ont été remis. Nous faisons notre planning de façons à pouvoir enchaîner la sortie sur le fjord et la virée en train. Nous retournons au point I TOURIST pour faire nos réservations pour demain matin 9h30. Correct !

Pour ce soir, nous allons souper et démarrer la soirée ici mais avec peu d’espoir d’y rester. Un panneau « interdit aux camping-cars 22h-6h » est à l’entrée du parking. Nous verrons bien si nous sommes délogés.

22h, bingo. Quelqu’un passe à vélo pour un rappel du panneau. Il fait le tour des camping-cars ou fourgons susceptibles de dormir sur place. Nous plions sommairement et filons chercher une autre nuitée. La barbe ! Nous tournerons un peu car FLAM est encaissé au fond du fjord et de l’autre côté une grande rivière.

Finalement, nous optons pour repasser le tunnel de 5km. Nous avons bien fait. Très rapidement, nous trouvons une aire de pique-nique dans la verdure. Nous sommes à l’entrée du village d’UNDREDAL. C’est bon, nous ne sommes pas trop loin de FLAM. Sur l’aire de pique-nique, nous ne serons pas seuls. Des tentes sont déjà plantées. C’est cela aussi la Norvège. Le moindre petit coin d’herbe  peut être utilisé pour les campeurs d’un soir.

DSC02958              DSC02959

Pour nous ce soir, pas de veillée, nous commençons à accuser les 4 mois de voyage et c’est vrai que nous enchaînons des routes aux panoramas magnifiques mais fatigantes par la tension qu’elles représentent.

 

19 juillet 2017

UNDREDAL

Dans le camping-car, ce matin 13° ; Brr ! C’est vrai que nous sommes en montagne. Un petit coup de chauffage pour le petit déjeuner et c’est bon. Dehors, 10° mais la météo annonce une journée ensoleillée et à 20°. Nous verrons si la grenouille est bonne en prédiction.

Ce matin, debout 6h30 car nous prenons le bateau à 9h30. Le temps de se préparer, de déjeuner et de redescendre nos 5km sur FLAM et de se garer, nous serons juste bien.

8h20 nous quittons notre bivouac. Nos voisins campeurs dorment encore. Il fait un soleil magnifique. La grenouille avait raison. Malgré tout, nous mettrons nos blousons car sur le bateau il fait toujours très frais.

Nous repassons le tunnel et redescendons sur FLAM. Nous trouvons une place sur le parking au bord du fjord. Un autre paquebot est déjà amarré.

                                    DSC02960

Dernière ballade avec Eden, qui va nous garder notre camping-car ou dormir. Finalement nous n’en savons rien !

Au programme de la matinée, une sortie bateau sur le NAEROYFJORDEN jusqu’à GUDVANGEN. Le fjord est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’étire sur une longueur de 17km et une largeur de 250m de large par endroit. Certaines falaises culminent à 1200 m où  s’éparpillent des fermes isolées et des troupeaux. Comme dans toute les montagnes de Norvège, les cascades qui ruissellent ou dévalent des hauteurs pour se jeter dans le fjord. Celle de KJELSFOSSEN dévale dans la vallée du NAEROYDALEN au-dessus de GUDVANGEN.

Nous avons opté pour une sortie sur le ferry car il dessert les petits villages. Sur l’AURLANDSFJORDER ce sont AURLAND, UNDREDAL et sur le NAEROYFJORDEN ce sont DYRDAL, STYVI et GUDVANGEN au fond du fjord. L’aller se fera en ferry et le retour en bus.

Notre bateau est à 9h30. Nous sommes dans les temps.

DSC02961           DSC02963

9h15, checking des billets et 9h30 le ferry quitte le port de FLAM.

Il fait frais mais le soleil et le ciel bleu sont là. La traversée va durer 2h30 au rythme lent du ferry. Nous glissons sur les eaux turquoise du fjord et FLAM s’éloigne tout doucement.

DSC02966           DSC02967

Nous apercevons de loin notre camping-car sur le parking.

                       DSC02968

Les bras de l’AURLANDSFJORDEN se croisent et s’entrelacent, longe les falaises d'où se jettent des cascades.

DSC02970   DSC02972

                             DSC02973

Premier arrêt à AURLAND où des passagers descendent et montent. Nous repartons tout doucement et, du ferry, nous pouvons apercevoir la passerelle de STEGASTEIN qui surplombe le fjord.

DSC02975            DSC02976

                            DSC02977 

De loin, nous apercevons le port de FLAM et le paquebot encré. Par la route, 9km séparent FLAM d'AURLAND.

                             DSC02978

Arrêt suivant UNDREDAL. Le ferry s'éloigne tout doucement et change de cap pour s'engager dans un bras de fjord.

DSC02979             DSC02981

DSC02983                DSC02984

 Nous arrivons en vue d’UNDREDAL. Là, sur le ponton, une lumière clignote pour faire signe au ferry de s’arrêter. En fait, c’est le bus du fjord. Pareil, les passagers descendent et montent. Une façon originale de visiter les petits villages qui s’étalent le long du fjord.

DSC02985           DSC02986

DSC02987           DSC02988

Le ferry repart. Nous apercevons quelques fermes isolées toujours à des endroits improbables.

DSC02989            DSC02990

Le ferry change de cap pour s’engager dans le NAEROYFJORDEN.

Lorsque le bateau arrive dans le bras d’un fjord, nous avons l’impression d’être devant un mur vert et rocheux. Le bateau prend doucement l’axe de l’entrée du bras et là l’impression d’une fenêtre qui glisse doucement découvrant un panorama grandiose de prairies avec des fermes isolées et clairsemées, des habitats à une hauteur improbable, des cascades grandioses ou des filets d’eau qui descendent des falaises. Le bateau s’enfonce dans le fjord et de l’arrière, nous avons la vision d’un panneau qui se ferme.

En fait, une croisière sur un fjord, c’est autant de panneaux japonais qui s’ouvrent et se ferment.

DSC02991             DSC02992

DSC02993           DSC02995

  DSC02996     DSC02999

DSC03005                    DSC03007

Nous passons DYRDAL sans nous arrêter car sur les pontons pas de lumière qui clignote.

DSC03009              DSC03010

Le ferry poursuit tranquillement sa route. Nous ne nous lassons pas d'admirer les falaises. Quelques plaques de neige résistent.

DSC03011     DSC03012

Un drôl de passager circule sur le ferry

                                  DSC02997

De temps en temps, nous apercevons des fermes sur le bord du fjord. Aucun accès par la route. Tout se fait par bateau.

DSC03013                DSC03014

Finalement, avec mon blouson vert pomme, je ne tranche pas trop avec les falaises boisées.

                                  DSC03018

 

DSC03019     DSC03020

DSC03021           DSC03022

STYVI est en vue, mais là encore nous passerons notre chemin. Aucun passager à descendre ou à monter. Le village possède une charmante petite église sur le bord du fjord.

DSC03023      DSC03024

                                   DSC03025

Les troupeaux de chèvres courent sur les falaises.

DSC03026               DSC03028 

Nous arrivons bientôt à la fin de notre voyage. Le ferry continue à glisser tranquillement sur les eaux du fjord.

DSC03029                DSC03030

Jolie traversée sous le soleil avec les petits villages complètement isolés, ses plages où les kayakistes campent, ses cascades et ses troupeaux de chèvres et ses falaises boisées ou arides.

12h, nous apercevons le fond du fjord avec le village de GUDVANGEN.

DSC03032              DSC03033

                                     DSC03040

Sur l'eau, une embarcation viking qui rappelle le passé viking de GUDVANGEN.

DSC03036    DSC03038

GUDVANGEN est comme FLAM. Une destination touristique qui fait partie des programmes des tours opérateurs. Beaucoup de monde, beaucoup de cars. Ça dénature et trouble la tranquillité des villages. Ils doivent apprécier la quiétude du soir.

                                 DSC03041

Nous débarquons. Il nous reste une petite demi-heure avant de prendre notre bus qui va nous ramener à FLAM.

Nous en profitons pour faire une petite pause déjeuner à une terrasse et au soleil. Pour moi, ce sera rapide, car j’ai toujours beaucoup de mal à croquer et mâcher.

12h30, nous récupérons notre bus qui nous ramène en 20mn à FLAM et à coup de 2 tunnels dont l’un fait 12km et le second 5km. Sur un trajet de 20 km  il ne reste pas grand-chose à voir du paysage. Cela a au moins l’avantage d’être rapide.

12h50 nous sommes à FLAM. Nous rejoignons Eden au camping-car. Nous avons un peu de temps pour faire une petite balade avec elle avant de repartir. Un petit café. Gérard me refait mon pansement qui n’arrête pas de se défaire. Puis nous repartons mais cette fois pour la gare de FLAM.

DSC02964    DSC03042

                                         DSC03043

 

Nous avons pris une réservation pour le train de 14h50 qui monte à MYRDAL avec le fameux train de FLAM, le FLAMSBANA.

L'intérieur du train est tout en bois. Les banquettes sont recouvertes de cuir. C'est vraiment le train des années 30/40.

DSC03044             DSC03045

Nous nous installons en choisissant une fenêtre qui s'ouvre afin de pouvoir admirer et surtout prendre quelques photos.

Pendant, le trajet, nous étions assis avec un couple de Français de la région des Pyrénées. Ils étaient avec sacs au dos, à pied, bus, ferry, train. Nous avons passé beaucoup de temps à discuter avec eux, sur le voyage, ce qu’ils avaient vu et bien entendu sur notre façon de visiter la Norvège. Nous avons pu échanger nos anecdotes. Ils descendent à MYRDAL et prennent le train de BERGEN qui va pouvoir les ramener sur OLSO prendre l’avion.

Le FLAMSBANA c’est une ligne ferroviaire qui fonctionne sans câble et qui grimpe jusqu’à 864m d’altitude sur 20km, passe par 20 tunnels avec une pente à 18%. Soit 45 mn d’ascension, au cours de laquelle, nous pouvons admirer le paysage.

18 de ces tunnels ont été creusés à la main. Chaque mètre a coûté un mois de travail aux ouvrierrs du rail. Afin d'éviter des endroits à haut risque d'éboulement, la ligne croise la rivière et le fond de la vallée trois fois pendant le trajet. Au lieu de construire des ponts, la rivière a été canalisée dans des tunnels sous la voie ferrée. Elle a été mise en chantier en 1923 et ouverte le 01/08/1940 afin d'assurer une voie de transport jusqu'au fjord de SOGNFJORDEN.

Au cours de notre trajet, nous aurons droit à diverses explications sur les sites que nous passons.

LUNDEN à 16m d’altitude avec une vue sur le versant escarpé de HAGA.

HAREINA à 48m, nous traversons la vallée et nous pouvons apercevoir de belles fermes ainsi que l’église de FLAM.

DSC03047          DSC03049

 

                                             DSC03050  

Le tout est encaissé au pied du mont VIBMESNOSI avec la cascade de ROJANDE.

DALSBOTN à 200m avec ses fermes et ses gorges.

DSC03109               DSC03110

DSC03114        DSC03115

                                            DSC03116

BEREKVAM à 343m avec ses ravins où la rivière de FLAM coure. Ici le train s’arrête. La voie de chemin de fer devient double et permet au train de MYRDAL et FLAM de se croiser.

DSC03056            DSC03057

DSC03103              DSC03107

                                          DSC03108

BLOMHELL à 450m avec ses falaises rocheuses pleines d’éboulis dues aux avalanches de l’hiver.

                                            DSC03060

KARDAL à 556m avec sa cascade et la vielle route qui traverse la vallée d’UGIERD.

                                             DSC03061      

KJOSFOSSEN à 669m où le train fait un arrêt de quelques minutes. Les passagers peuvent descendre et admirer l’impressionnante cascade de KJOS. Une plateforme est aménagée et les passagers peuvent prendre le temps d’admirer, de photographier

DSC03073                  DSC03090

et observer une danseuse  qui évolue sur les rochers au son d’une musique. C’est super joli, plein de grâce avec la brune de la cascade qui l’enveloppe.

DSC03074          DSC03075

DSC03077             DSC03079

DSC03080            DSC03102

Après l’arrêt de la cascade, le train traverse un tunnel et à sa sortie, on peut apercevoir la ligne de FLAM sur 3 niveaux sur le versant escarpé de la montagne et  on peut observer une route avec 21 virages serrés qui monte au mont MYRDAL.

DSC03063          DSC03068

REINUNGA à 768m qui nous permet d’apercevoir le lac de REINUNGA. A partir de là, le train est sensé emprunter une série de spirales. Mais franchement, nous ne nous en sommes pas aperçu.

DSC03083               DSC03084

                                           DSC03085

VATNAHALSEN à 811m qui permet de voir la vallée. Ici, un arrêt. Des passagers descendent et montent car il y a un hôtel. Toute la région est faite pour les randonneurs.

DSC03086     DSC03087

MYRDAL à 866m et le terminus pour nous. Ici les lignes de FLAM et de BERGEN se rejoignent sur le plateau de MYRDAL.

DSC03088             DSC03089

Quant à nous, nous ferons l’A/R. Pas d’arrêt randonnée pour moi sur le plateau aride d’HARDANGERVIDDA. Ce sera pour une autre fois.

Nous restons donc dans le train pour redescendre sur FLAM. La descente, va pouvoir nous permettre d’admirer un peu mieux le panorama puisque nous n’aurons personne pour discuter.

Pour finir, lorsque nous faisons le bilan de notre parcours en train, nous pouvons dire qu’il a été agréable avec de jolis panorama mais nous n’avons pas ressenti les 18% ni les virages en spirales. Certainement grâce au tracé ingénieux qui donne une élévation d’1 m pour chaque 18m.

Nous arrivons en gare de FLAM, il est 17h. Petite  balade pour Eden et nous reprenons la route en sens inverse. Retour à AURLAND car à FLAM il n’y a pas de station-service. Nous ne sommes qu’à 9km ce n’est pas bien important.

Une fois le plein fait, nous revenons sur FLAM. Pour quitter FLAM, il nous faut passer le tunnel de 5km. Nous aurons 20mn d’attente. A l’entrée du tunnel, un barrage avec un pompier. Un camion a eu un souci et il y a une intervention dans le tunnel. Ça ne passe que sur une file et au compte-goutte. Effectivement, lorsque nous passerons, le camion est en panne, les pompiers s’affairent et sur la chaussée ils ont répandu un produit pour éviter un autre accident. Il a dû perdre quelque chose.

Nous filons sur BERGEN avec toujours notre route qui longe rivières impétueuses, torrents, le tout encaissés entre les versants verts boisés et les roches noires luisantes par l’eau qui s’écoule.

Arrivés à VOSS, les rivières se jettent dans une série de lacs qui eux-mêmes rejoignent le fjord qui se jette à la mer. A aucun moment la route ne quitte le bord de l’eau.

Pendant notre parcours pour rejoindre BERGEN qui se trouve à 175km d’AURLAND, nous traverserons 47 tunnels soit 53km. Le plus long fait 12km. A chaque fois le fjord est à nos côtés.

 Il fait un temps magnifique. Il est déjà 21h et il est temps de trouver un coin pour passer la nuit. Pour cela, nous décidons de quitter la grande route et de traverser le fjord par un grand pont. Nous tournons un peu, traversons un autre tunnel qui permet l’accès au village d’INDRE ARNA.

                                       20170720_125048

A la sortie du tunnel, nous trouvons un petit coin qui surplombe le fjord. Un petit sentier descend vers des habitations. Sur le parking où nous nous installons, il y a un abri avec des  boîtes aux lettres. Sur l’abri, un petit mot « SHORT PARKING – ONLY 3 DAYS ». C’est parfait, nous ne restons que la nuit. En face, un départ de sentier de randonnée. Parfait pour Eden.

DSC03117                DSC03118

                                          DSC03119

Une fois installés, nous partons en balade avec Eden sur le petit sentier qui se trouve en face. Le sentier monte et domine le fjord. Le soleil est plus bas et commence à vouloir se coucher mais joue toujours un peu avec ses couleurs avant de disparaître.

20170719_211848                 20170719_211940                   20170719_212013

21h50, nous sommes de retour. Eden était contente et n’a pas arrêté de faire la folle sur le chemin. Nous n’avons fait qu’une petite balade car Gérard n’a pas voulu s’aventurer trop loin. Je ne peux toujours pas porter mes lunettes correctement. Le sentier monte, pierres, boue et passage de barrières pour les troupeaux. Donc avec Eden un peu compliqué.

Pendant que nous soupons, de la fenêtre du camping-car, nous pouvons admirer le soleil sur le fjord qui fait des siennes. Je ne résiste pas à faire une photo même si c’est un coucher de soleil supplémentaire.

DSC03121            DSC03123

DSC03125                DSC03126

Ce soir, pas de veillée. Le blog prend du retard. Entre la journée de visite et la route, nous sommes claqués.

Il est 23h30. Bonne nuit !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Posté par chantal_gerard à 01:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2017

15 - 16 - 17 juillet 2017

15 juillet 2017

GEIRANGER

Température ce matin 17°. Dehors 15°. Soleil et nuages mais très clairsemés.

Le soleil commence à inonder le fjord. La journée parait prometteuse et ça tombe bien puisque qu’aujourd’hui nous reprenons la route qui passe par le DALSNIBBA.

LE DALSNIBBA est un belvédère qui se trouve à 1500m d’altitude et qui permet d’avoir une vue magistrale sur la vallée de GEIRANGER et son fjord.

Avant de partir, pansement, blog. 13h30, on somme le départ. Il fait toujours beau, toujours quelques nuages mais qui ne sont pas inquiétants et surtout il fait 20°. La canicule norvégienne !!!!!

Nous quittons le village et nous empruntons la route de montagne pour atteindre le belvédère. La route est étroite avec de nombreuses zones de rabattements pour permettre le passage de 2 voitures.

Elle est aussi spectaculaire que la ROUTE DES AIGLES avec ses 70 virages en lacets dont 29 à 180°. La vue sur la vallée et le fjord est magistrale. Peu de barrières de sécurité. Ça ne doit pas se fabriquer en Norvège.

20170715_140156              20170715_140531

                                     20170715_142007

La route serpente le long de montagnes boisées dont les sommets sont dénudés et rocheux. Une multitude de cascades descendent des montagnes dont certaines frôlent la route. Nous prenions de l’altitude et commençons à trouver des sommets de plus en plus enneigés.

En cours de montée, nous trouvons une aire de stationnement qui nous permet de prendre quelques photos, d’admirer le paysage,

DSC02724                  DSC02726

de laisser passer le flot de véhicules et à Gérard de faire une pause.

DSC02728              DSC02729

Nous repartons et cette fois, sans aucun arrêt. Les derniers lacets nous offrent une vue sur de vieilles fermes toujours en activité. Elles accueillent les touristes l’été mais uniquement lorsque les dangers des avalanches sont complètement écartés.

                                               20170715_142303

Puis nous arrivons à un second plateau à 1080m d’’altitude. Là s’étend un joli lac de montagne aux couleurs sombres et turquoise. Il est bordé de montagnes enneigées. A sa surface, des plaques de neige flottent. Elles ont résisté au dégel. C’est magnifique et d’une quiétude.

DSC02731                  DSC02732

DSC02733                  DSC02734

Nous nous trouvons à la bifurcation qui va nous mener au sommet du DALSNIBBA à 1500m d’altitude. L’ascension du DALSNIBBA se fait sur 5km. C’est une route à péage. 130 NOK. Nous attaquons la montée qui est de plus en plus impressionnante. Gérard est concentré et très prudent. Sous le soleil c’est fabuleux ! Nous avons une vue sur le lac que nous venons de quitter et qui se déverse dans 2 autres lacs.

20170715_143731                   20170715_143831

                                                 20170715_143934

Au sommet, un promontoire a été aménagé avec des passerelles vitrées et le tout surplombe le vide.

                                            DSC02737

La vue est époustouflante sur les massifs montagneux enneigé du SUNNMORE et la route 

DSC02735           DSC02736

ainsi que sur la vallée et le fjord de GEIRANGER

DSC02738                DSC02739

                                DSC02740

L’accès aux rochers est tout de même possible pour tous ceux qui veulent faire la photo du siècle ou le selfie.

                                         20170715_145159

Il est temps d’attaquer la descente qui est bien plus impressionnante que la montée. Nous passons de 1500m à 1080m en 5km. Gérard est content de retrouver la route normale. Elle longe et contourne les lacs. Nous trouvons une petite place pour prendre une photo de cette succession de déversoirs. Ce sont les BRETDALSVATNET.

DSC02741                DSC02742

Quelques km plus loin, nous trouvons la bifurcation qui va nous ramener sur LOM.

Cette portion de route est particulière. Les montagnes sont arides, le lac s’est déversé de lac en lac pour se rétrécir et se transformer en une rivière large, tumultueuse qui serpente entre des îlots verdoyants.

20170715_152953             20170715_153114

                                             20170715_153335

Nous finissons par nous arrêter une aire de pique-nique au bord de la rivière et faire notre pause traditionnelle.

                                  DSC02744

Nous continuons notre route qui longe la rivière qui se rétrécit, se transforme en torrent joyeux et bruyant. Les eaux sont à la fois bleu clair et plus loin turquoise. Je ne me lasse pas de ces couleurs.

En route, à proximité d’un petit pont, un décor insolite. Sur un gros rocher qui surplombe la rivière tumultueuse et turquoise, un troupeau de vaches se repose. Cool la vie de vache. Pas stressée du tout !

DSC02752               DSC02753

L'une d'elle a la patte nonchalante au-dessus des eaux turquoise de la rivière.

DSC02755           DSC02756

Nous poursuivons notre trajet avec une route paisible qui traverse 2 parcs nationaux celui de REINHEIMEN et celui de BREHEIMEN. Sur les bas-côtés des panneaux « attention Elans ! » Peut-être ferons-nous de nouvelles rencontres ??

De la route, nous apercevons un torrent impétueux qui se termine par de jolies chutes d’eau. Nouvelle halte ! Nous bifurquons et trouvons le parking. Nous laissons le camping-car et finissons le parcours à pieds. C’est la cascade d’OTTAVATN.

DSC02745                  DSC02746

DSC02748              DSC02749

Super beau avec les reflets que fait le débit d’eau au milieu des rochers. Un petit sentier de randonnée s’enfonce dans les sapins et semble mener sur les bords du torrent. Mais Gérard refuse d’aller plus loin avec une handicapée !!!! Pas drôle du tout !

Nous terminons notre journée rapidement jusqu’à LOM car il est 18h et nous avons besoin de quelques courses sachant que nous sommes samedi et que les magasins ferment à plus tôt.

Arrivés à LOM, priorité aux courses. Le gag, Gérard a pris de la bière. Mais lorsque nous passons à la caisse, la caissière nous explique qu’il leur est interdit de vendre de l’alcool après 18h le samedi. Gérard est furieux. Mais c’est comme ça en Norvège.

Après les courses, vidanges et remplissage d’eau du camping-car. Nous sommes parés pour passer le week-end. Nous ressortons de LOM à la recherche d’un petit coin pour la nuit. Mais là, un peu compliqué. LOM est entouré d’eau. D’un côté la rivière de montagne la BOVRA et de l’autre la rivière large et calme la SKIN. Aucun accès aux rives.

Finalement, nous trouverons un parking à l’entrée du lieu-dit BISMO à proximité de quelques habitations.. Au cours de notre veillée, nous verrons débarquer 3 jeunes Norvégiens, très joyeux mais un peu alcoolisés mais pas méchants. Ils veulent nous inviter à trinquer avec eux. Très gentiment nous refusons. Ils restent un instant à essayer de discuter avec nous et finalement repartent chez eux.

Nous finirons par fermer les stores pour être tranquilles.

 

16 juillet 2017

BISMO - LOM

Camping-car 21°. Dehors, petit vent frais et 18°. Le soleil prédomine mais de gros nuages noirs ont l’air de vouloir s’imposer.

Nous avons passé une bonne nuit, sans être dérangé par nos joyeux lurons. Nous pensons qu’ils cuvent.

Quant à moi, toujours fatiguée, du mal à mâcher et à porter mes lunettes.

Nous nous préparons rapidement et nous retournons sur LOM pour une visite sous le soleil. Du moins nous l’espérons.

Puis c’est la visite de l’église de LOM. Une église en bois debout qui date de 1170 et de style normand. Elle se dresse au cœur du village sur un promontoire sur les bords de la BOVRA. Elle a été agrandie avec 2 nefs supplémentaires car il n’y avait pas assez de place.

DSC02758   DSC02759 DSC02761

DSC02764                DSC02776

Les églises en bois debout datent de la fin de l’ère viking.et du début de la chrétienté en Norvège. Elles tiennent leur nom de leurs piliers verticaux « stav ». Elles se distinguent également par leurs sculptures détaillées qui sont un mélange d’emblèmes celtiques et de symbole chrétien. Sur le toit de l’église de LOM on retrouve des têtes de dragons.

DSC02760                 DSC02762

L’intérieur est également en bois avec des arches magnifiques et des poutres en croix.

DSC02768                 DSC02771

De toutes petites fenêtres qui donnent un air intime à l’église.

De belles peintures sur bois sur les murs et le plafond du choeur.

DSC02765            DSC02766

Du travail de sculpture sur les murs ainsi qu'autour de l'orgue

DSC02767                   DSC02774

A la sortie de l’église, nous changeons de parking. Gérard n’en démord pas. Il veut ses bières. Nos nous garons sur le parking de la grande surface. A LOM, les grandes surfaces ouvrent le dimanche de 10h à 18h. Gérard têtu, retourne acheter ses bières. Il revient, bredouille et encore plus furieux que la veille. Le dimanche la vente est complètement interdite. Il se résigne à attendre lundi et à partager sa dernière canette avec moi.

Nous partons à la découverte du village de LOM. Le village est au cœur de très belles montagnes. Des torrents traversent le centre du village. Des maisons en bois sombre s’accrochent aux collines escarpées.

DSC02777             DSC02778

DSC02779                DSC02802

                                                         DSC02803

Des bâtiments anciens ont été restaurés et conservés comme musée. Ce sont des STABBURS qui étaient des greniers surélevés pour le grain.

DSC02780                  DSC02781

DSC02783                   DSC02784

                                              DSC02787

Un peu plus loin, un sentier grimpe et mène à un ensemble de vieux bâtiments composé d’un vieux refuge, d’une ancienne laiterie, d’un corps de ferme, de stabburs. Je m’essouffle vite. Pas encore la grande forme. Nous renonçons car en Norvège, la moindre balade se transforme rapidement en ascension.

Nous redescendons dans le centre en passant par un ancien bâtiment en pierre. Le seul qui a été conservé et transformé en école.

                                       DSC02782

Au loin nous apercevons l'église en bois debout. Sous le soleil elle prend des couleurs dorées.

                                                 DSC02789

Nous rejoignons le village en longeant le torrent qui le traverse LA BOVRA. Impétueux et turbulent aux couleurs turquoises il égaye le centre du village et permet de pratiquer des activités de tyrolienne.

DSC02788             DSC02795

DSC02796                DSC02798

DSC02799          DSC02800

Nous passons devant une BAKERI ou boulangerie-pâtisserie. Elle est signalée dans le guide comme être excellente. Ça doit être le cas, car il y a la queue à la fois devant l’entrée à consommer sur place et à l’extérieure à emporter ou consommer sur place. Comme de partout, ils font de la restauration rapide.

En fait les BAKERI font essentiellement des viennoiseries, un peu de pain, de la sandwicherie.

Nous décidons de prendre notre tour et de prendre des viennoiseries pour demain matin. En faisant la queue, nous nous apercevons qu’ils servent également des pizzas. Elles font envie à Gérard. Allons y pour 2 pizzas puisque nous n’avons pas encore déjeuné.

Arrive notre tour, nous passons la commande et une des serveuses entend que nous parlons français. Immédiatement, elle vient prendre le relais et s’occuper de nous. Elle entame la conversation sur mon accident, notre voyage en Norvège, et nous donne un peu plus de renseignements sur notre commande. Elle a passé 1 an au pair à Paris. Elle parle très, très bien même si elle dit qu’elle a beaucoup perdu.

Nous allons nous asseoir en terrasse sous des parasols car de gros nuages noirs deviennent menaçants et le vent vient de se lever. Il fait relativement très frais tout d’un coup.

En attendant que l’on nous serve, je me rends compte que notre petite serveuse est libre. J’en profite pour retourner discuter avec elle sur le mode de vie norvégien. 

Elle me raconte qu’en Norvège, il y a les grandes villes (OLSO, BERGEN, TROMSO, TRONDHEIM, ALTA, etc…) puis les petites villes. Ensuite des petits villages très isolés qui quelques fois se résument à 1 ou 2 maisons. L’hiver, ils hibernent à cause de la neige qui les isole. Bon nombre de routes sont fermées comme à GEIRANGER. L’été, ils se réveillent, vivent de leurs fermes et du tourismes. Quand l'été est là, les gens sont fatigués par manque de soleil dans certaines régions et aussi par la longueur des jours qui n’en finissent plus. Les gens ont du mal à se coucher. Elle nous dit qu’il faut très stricte avec soi-même pour s’imposer un rythme de sommeil. Mais c’est difficile, car tout le monde veut profiter un maximum du soleil et des grandes soirées.

Finalement le vent s’amplifie. Je lui demande si nous pouvons emporter nos pizzas qui viennent de nous être servies au camping-car au chaud. Pas de problème. On nous donne boîtes, serviettes. Nous repartons rapidement.

Elle nous salue chaleureusement toute contente d’avoir pu parler avec des Français, de la France, de la Bretagne et de notre voyage.

Une fois au camping-car, nous apprécions la chaleur et finissons notre pause avant de reprendre notre route.

Une accalmie nous ramène le soleil. Nous reprenons la route touristique 55 qui va de LOM à SOGNDAL. C’est la route de SOGNEFJELL qui serpente à travers le parc national de JOTUNHEIMEN. C’est un massif avec une quantité innombrable de sentiers de randonnée.

DSC02804             DSC02805

                                            DSC02806

Nous quittons LOM en longeant la BOVRA, rivière-torrent, qui descend du massif de JOTUNHEIMEN et nous traversons la vallée de la BOVRA . A mesure que nous prenons de l'altitude, la végétation et les paysages changent. Les bosquets de pins ou de bouleauxl laissent place aux cascades, aux montagnes tapissées de mousses, de lichen et de petits arbustes au mileu desquels surgissents quelques chalets.

20170716_174330                20170716_174342

                                              20170716_174511

Un peu plus loin, les montagnes deviennent arides, la neige fait son apparition et les cascades continuent de fleurir sur les versants des montagnes.

20170716_175620                              20170716_175634

                                  20170716_175600

La route progresse lentement vers le sommet où nous atteindrons le col de KROSSBU à 1434m dans un majestueux paysage de montagne.. La pluie et le vent, comme toujours, nous ont rattrapés. Dommage ! Avec l’altitude nous sentons rapidement la fraicheur. Nous traversons le parc national de JOTUNHEIMEN

DSC02807              DSC02808

DSC02810            DSC02811

Au sommet, c’est l’émerveillement. Lacs de montagne qui s’enchaînent les uns après les autres avec des plaques de neige qui surnagent. Les sommets sont enneigés.

                                   20170716_181335

                                   20170716_183045

La route est étroite et serpente au milieu de ce super paysage. Des cairns se dressent par multitude sur les rochers. Gérard prend le temps d’en photographier. Les panneaux demandent aux randonneurs ou touristes de ne pas y toucher et de ne pas en reconstituer. Mais cela ne sert pas à grand-chose. Pas de discipline !

DSC02813         DSC02814

DSC02815                DSC02816

Un dernier arrêt sur un promontoire qui a été aménagé, Nous y sommes accueillis par nos amis les moutons qui monopolisent la route.

DSC02817               20170716_184015

Nous accédons au promontoire qui nous offre une vue sur la route en lacets, la vallée, les montagnes. Grandiose. Tellement grand que l’appareil ne peut tout prendre.

DSC02818                 DSC02819

DSC02820                    DSC02821

Je propose à Gérard de rester dormir sur place, mais il préfère redescendre. Il fait très froid, il y a du vent, rien pour s'abriter. Il a peur que ses cuves d’eau se vident.

Nous amorçons la descente abrupte qui nous ramène dans la vallée. Nous passons devant TURTAGRO qui résume à quelques cabanes battues par les vents et qui sert de base aux randonneurs et alpinistes.

Puis c’est la descente vers FORTUN avec une série de virages en épingles à cheveux. La pente est annoncée à 8% et 10% sur d’autres portions. Beaucoup de tension pour Gérard. Nous retrouvons les prairies, les montagnes verdoyantes.

20170716_185358                20170716_191032

                                          20170716_191129

Arrivés à FORTUN petit arrêt pour permettre à Gérard de souffler ainsi qu’au camping-car. Nous en profitons pour faire un petit tour autour de l’église en bois blanc.

DSC02822  DSC02824 DSC02823

Nous faisons nos curieux et jetons un petit coup d'oeil à l'intérieur. Très rapide car un office est en tain de se préparer.

DSC02825           DSC02826

                                         DSC02827

Nous repartons jusqu’à SKJOLDEN. Là, nous abandonnons la route touristique 55 pour bifurquer sur une petite route qui pendant 39km longe les eaux turquoise du LUSTRAFJORDEN.

20170716_195656              20170716_195855

La route super étroite ne laisse la place de passer qu’à 1 voiture. Nous en rencontrerons 3 et c’est délicat ! Nous passerons 3 tunnels dont un qui n’est absolument pas éclairé. Un peu stressant.

20170716_201017                 20170716_201041

 Au-dessus de la route les montagnes hautes, des fermes en bout de route et des prairies. En cours de route, nos amis les moutons nous saluent.

Nous sommes sur une route sans issue qui nous mène au petit village d’URNES où nous attend une église en bois debout classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Il est 20h, lorsque nous arrivons à URNES. A l’entrée du village, une aire de pique-nique qui surplombe les eaux turquoise du fjord. En contrebas, le terminal du ferry qui fait la liaison avec SOLVORN. Ce sera parfait pour la nuit.

DSC02829               20170716_203648

Nous nous installons et nous repartons avec Eden pour la traditionnelle balade du soir. Nous apercevons une route très raide qui indique l’église. Nous décidons de faire du repérage pour demain. Pour moi, ce n’est pas encore la grande forme. Je ferai 3 arrêts en cours de route, tant la pente est importante. Du coup, nous en profitons pour admirer le paysage et d’observer les cultures.

Ici, sur les pentes qui dominent le fjord, nous trouvons des champs de framboises

DSC02830             DSC02831

des champs de fraises

                                          DSC02834

des champs de pommiers

DSC02845                   DSC02846

Finalement, 20mn plus tard, nous arrivons à l’église d’URNES. Elle est toute petite, perchée sur une petite hauteur.

DSC02835                DSC02837

Elle est fermée mais nous pouvons tout de même en faire le tour extérieur et admirer l’architecture. Nous finirons la visite de l’intérieur demain. Sur un des murs des sculptures d'inspiration celtique ou viking.

DSC02839             DSC02841

                                       DSC02844

La pluie nous surprend. Il est temps de redescendre. Nous pouvons apercevoir, de l'autre côté du fjord, SOLVORN au pied des montagnes, qu'un rayon de soleil éclaire.

DSC02832                 DSC02833

Le temps a été mitigé toute la journée. Nous avons tout de même pu faire la route le long du LUSTRAFJORDEN sous le soleil. C’est déjà bien.

 

17 juillet 2017

Dans le camping-car, ce matin 16°. Dehors, 15°. Il a plu une partie de la nuit. La matinée se passe avec des averses très rapprochées. Puis une accalmie et maintenant c’est une petite pluie fine de bruine qui tombe. Le ciel est très chargé. De temps à autre, des trouées de ciel bleu et du soleil. Malgré la grisaille, nous admirons la vue imprenable que nous avons sur le fjord.

DSC02877           DSC02878

                                         DSC02879

Le temps ne nous inspire pas, du coup nous trainons.

Ce matin, pansements. Âmes sensibles s'abstenir.

                                             DSC02848

Finalement, je ne récupère pas trop mal. Pour les photos dans PARIS MATCH, j'attendrai un peu.

De la fenêtre du  camping-car nous apercevons la route qui monte à l’église. Hier au soir, nous avons remarqué une table et deux chaises. Ce matin, nous avons l’explication. Un fermier est venu installer des barquettes de fraise et un parasol (pour la pluie !) puis est reparti. Nous en déduisons que les gens vont se servir et mettre l’argent dans une caisse. Ici, c’est confiance totale !

Le temps n’a pas l’air de vouloir s’arranger. Nous décidons de braver la pluie pour les 20mn de montée. Nous passons devant la table et le parasol. Ce sont bien des fraises. Entre temps, le fermier a complété avec des barquettes de framboises. Elles sont magnifiques. S’il en reste au retour, nous en prendrons.

La montée est dure. Il faut juste que je me mette en route, après ça va. J’espère que je vais reprendre le rythme. Nous arrivons à l’église. Il y a déjà pas mal de monde. Toutes les heures, le ferry débarque et rembarque des visiteurs qui ne viennent que pour l’église.

                                                      DSC02836

Nous prenons nos billets. La visite guidée est comprise, mais en anglais. Je réponds « dommage ! ». La personne me répond, en français, que si besoin elle pourra traduire ce que nous ne comprendrons pas et éventuellement nous donner des précisions supplémentaires. Super !!! La jeune fille est de CAEN et elle est là dans le cadre d’un job d’été.

Nous partons pour 45mn de visite super intéressante. Après la visite, nous avons le droit de flâner dans l’église et de prendre des photos même avec le flash.

L’église n’ouvre qu’aux heures d’arrivée du ferry et uniquement dans le cadre de visite guidée. Elle sert toujours 1 fois par mois pour les offices. Elle est souvent utilisée pour les mariages.

Sur les façades extérieures, des sculptures d’inspirations viking. Nous retrouvons l’art celtique.

DSC02863   DSC02840 DSC02864

Une belle porte d’entrée en bois avec des garnitures en fer forgé.

DSC02866            DSC02868

4 églises ont été construites sur cet emplacement. La 4ème a été reconstruite avec les restes des 3 premières. Elle est bâtie sur des fondations en pierre pour éviter le pourrissement des bois.

L’intérieur est une œuvre d’art. Les églises en bois debout datent de la période après-viking et du début de la chrétienté. C’était une église chrétienne jusqu’à la réforme puis est devenue protestante.

Les églises en bois debout se caractérisent par des « stav » ou « bois debout ». Ce sont des piliers d’un seul tenant qui encadrent la partie centrale.

                                       DSC02851

Des poutres croisées « croix de st André assurent la stabilité et le parallélisme de la structure.

                                         DSC02849

Les voûtes arrondies ont été formées à l’aide d’arcs naturels (genoux) extrêmement solides, que l’on trouve à la base des arbres entre le tronc et ses racines.

DSC02850               DSC02854

Le plafond et les murs du chœur sont recouverts de peintures claires avec des motifs de grappes de raisin. Rappel peut-être au sang du christ ou aux noces de cana.

DSC02855              DSC02857

Sur l’autel, un bougeoir en forme de bateau viking.

                                       DSC02861

Deux séries de bancs. Celui des hommes d’un côté et celui des femmes de l’autre.

DSC02860          DSC02862

La chaire est sculptée et peinte toujours avec des motifs de raisins.

                                                      DSC02852

On aperçoit à gauche, sous les traverses, des cages sculptées qui étaient réservées aux familles riches.

                                        DSC02853

De toutes petites fenêtres qui donnent une ambiance feutrée mais ne laissent passer que peu de luminosité.

                                  DSC02858

La visite terminée, nous allons faire une petit tour dans un petit chemin que nous avons repéré. Il semblerait qu’il y ait des parcs d’animaux. Gérard réussi à prendre un cerf.

DSC02870              DSC02872

                                       DSC02873

Nous redescendons rapidement au camping-car sans oublier de prendre au passage, nos 2 barquettes de framboise. Lorsque j’ouvre la caisse, elle est pleine de pièces et de billets. Franchement, ici, pas de voleurs, ni de fraudeurs.

DSC02875                 DSC02876

Nous nous déplaçons rapidement au terminal du ferry afin de ne pas le rater et surtout d’être dans les premiers car il est petit. Il n’y aura pas de place pour tout le monde. De plus, l’embarquement se fait en marche arrière.

Notre ferry arrive et débarque ses passagers.

DSC02881     20170717_151854

                                            20170717_152136

15h10 paiement et embarquement. Il pleut et le vent s’est levé. 15h30 c’est le départ. 20mn plus tard, nous sommes à SOLVORN, petit village niché au creux du LUSTRAFJORDEN et qui s’étend sur les hauteurs. Les rues sont très étroites et les maisons en majorité toute blanches.

Nous quittons SOLVORN toujours sous la pluie par une petite route de montagne très étroite et qui serpente. En se serrant pour laisser passer une voiture, le rétro droit se rabat brutalement. Cette fois , pas de dégâts . Un peu plus haut, nous arrivons à une intersection et nous reprenons la route touristique 55.

A l’entrée du village de LYNGEN nous trouvons une aire de service. Nous en profitons pour faire les vidanges et le plein d’eau.

C’est reparti ! Une fois encore notre route traverse des montagnes verdoyantes de sapins et surplombe le fjord d’ARDALSFJORDEN.

Nous arrivons à SOGNDAL. Là, objectif pharmacie car je n’ai  plus de produit pour mes pansements et REMA pour les bières. Nous sommes à sec. Nous ne trainons pas car il est déjà plus de 17h.

Cette fois, notre route croise un fjord beaucoup plus large, le SOGNFJORDEN que l’on surplombe par instants. Montagnes rocheuses et boisées nous accompagnent.

Nous faisons un petit détour par KAUPENGER qui possède une petite église en bois debout. La guide d’URNES nous a incités à la voir. Lorsque nous arrivons elle est déjà fermée. Tant pis, nous nous contenterons d’en faire le tour. Elle est beaucoup plus simpliste que celle de LOM ou d’URNES.

DSC02882                      DSC02884

Contrairement à LOM ou URNES, à KAUPENGER aucune trace le l'ère viking.

DSC02885               DSC02887

Nous rebroussons chemin et déjà nous arrivons à MAMNHELLER pour prendre notre ferry. Avant le terminal, nous nous engageons dans un tunnel de 3km qui débouche directement sur les files d’attente du ferry.

17h55, paiement, embarquement. Gérard n’a pas le goût aux photos tellement il pleut.

20170717_175401            20170717_175551

18h c’est le départ pour 15mn de traversée sous la pluie, le vent et des nuages excessivement bas.

18h15 nous débarquons à FODNES. Nous avons traversé le LAERDALSFJORDEN.

Quelques km plus loin, nous arrivons à LAERDAL. Il est 18h30 et Gérard est fatigué de sa journée de conduite sur des routes étroites et sous la pluie.

Nous trouvons une petite place sur un ponton au bout du quai des ferries et au bord du fjord.

Posté par chantal_gerard à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2017

12 - 13 - 14 juillet 2017

12 juillet 2017

MALMEFJORDEN

Ce matin soleil et ciel très nuageux accompagnés d’averses par intermittence.

Je me sens un peu mieux. Je suis un peu moins violette. Le repos a fait dégonfler mes yeux et ma bouche. Le plus compliqué, c’est mes lunettes qui me font défaut. Ce n’est pas ça mais c’est positif.

Avec Gérard, nous avons pris la décision de bouger. Il nous faut faire le plein d’eau et les vidanges, quelques courses et le plein d’essence. Nous en profiterons pour retourner au cabinet médical pour faire un contrôle avant le départ.

Nous quittons MALMEFJORDEN pour retourner à ELNESVÄGEN.

                                              DSC02515

Là, nous trouvons une aire de service pour le camping-car. Gérard fait le plein d’eau et les vidanges.

Pour le plein d’essence, ça peut attendre encore un peu car les prix sont à nouveau remontés. Nous verrons plus loin. Il y a tellement de différence d’un jour à l’autre et d’une station-service à l’autre.

Puis, les courses. C’est Gérard qui s’y colle d’une part parce que je me sens trop fatiguée et d’autre part, j’ai une tête à faire peur.

Une fois les corvées terminées, direction le cabinet médical.. A l’accueil, on nous reçoit très gentiment. Ce n’est pas la même secrétaire. Mais celle du lundi qui était dans une pièce attenante nous entend et vient en renfort.

Nous leur expliquons qu’avant notre départ, nous aimerions faire vérifier mes plaies, les faire nettoyer et refaire un pansement. Pas de problème. Elles me réenregistrent et nous passons en salle d’attente. Au bout d’environ 20mn c’est mon tour. Nous pensions être reçus par une infirmière, mais non c’est le médecin qui m’a recousue qui nous reçoit.

Il vérifie la plaie. C’est correct. Il me dit qu’une infirmière va tout nettoyer et refaire un pansement et qu’après il ne faudra plus y toucher jusqu’à ce qu’on m’enlève les points. Soit maintenant dans 8 jours.

Il vérifie également mon nez, extérieur et intérieur. Il est content. Rien de cassé. Par contre, il est septique et inquiet de la couleur de mon visage. Du coup, il appelle un confrère pour discuter de mon cas. Ils m’observent sous toutes les coutures, ils discutent en norvégien. Ça commence à m’agacer et m’inquiéter. Finalement, le confrère repart et le médecin me dit qu’il va appeler l’hôpital de MOLDE car il ne trouve pas normal les hématomes que j’aie. Il craint une hémorragie. Avec Gérard, nous lui expliquons que s’il m’avait vu la veille c’était pire. Il n’en démord pas. Il appelle l’hôpital et s’en suit une conversation en norvégien tout en m’observant. Pour finir, entre nos explications et la discussion avec l’hôpital il finit par me lâcher. Ouf ! Il me réitère ses recommandations. Au moindre doute, consulter.

Puis il me confie à une aide-soignante, NINA, qui nettoie mes plaies, rajoute des strips sur les points pour les protéger et me refait un pansement de confort pour que je puisse mettre de temps en temps mes lunettes. Nina parle quelques mots de français et est toute contente de pouvoir les glisser au milieu de l’anglais.

Tout le monde a été, encore une fois, absolument à l’écoute, patient et, très gentil.

Nous quittons ELNESVÄGEN vers 14h30 pour rejoindre ANDALNES tranquillement. Nous allons prendre notre temps car je n’ai pas trop la forme. Mais il nous faut tout de même avancer et rentrer. Pas le choix.

Nous passerons de l’autre côté de la montagne en prenant un tunnel de 2740m avec une pente de 8%. Nous passons sous le FANNELFJORDEN.

Quelques KM et nous arrivons à notre ferry à SOLNES. Le bateau est à quai. Il reste de la place. Tant pis pour les photos d’usage, nous décidons d’embarquer. 10mn de traversée et nous débarquons à AFFARNES. Il est 15h25.

La pluie ne nous quitte plus depuis SOLNES. Le ciel est noir. Nous arrivons tout de même à apprécier le paysage. De grandes et hautes montagnes noires, rocheuses où la neige ne quitte pas les sommets de l’année. Nous approchons d’ANDALNES.

Pour info, c’est dans la vallée entre DOMBAS et ANDALNES, dans le massif du ROMSDAL qu’a été tourné » HARRY POTTER ET LE PRINCE DE SANG MÊLE ». La région est vraiment magnifique avec ses montagnes à la fois verdoyantes et sombres, ses massifs rocheux noirs et enneigés, ses nuages qui descendent tellement bas que nous avons l’impression que le paysage va disparaître.

Gérard en a un peu marre de conduire sous la pluie et moi, je commence à fatiguer.

Nous décidons de faire une pause qui va nous permettre de déjeuner et de prendre un café. Nous en profiterons pour refaire un point de notre planning car finalement nous avons changé d’itinéraire. Nous n’avons pas pris le ferry de MOLDE mais passé le tunnel. Gérard aura des modifications à faire.

Pendant que nous finissons notre pause, un Vendéen vient frapper à notre porte. Envie de parler un peu français. Son épouse est comme moi, elle a eu un petit souci de santé. Une infection urinaire qui s’est transformée en infection rénale et 3 jours d’hospitalisation. Tout comme nous ils ne tarissent pas d’éloges sur les norvégiens. Ils arrivent de la TROLLSTIGEN. Ils sont un peu dépités du temps. Ils sont déjà venus en Norvège, il y a 9 ans et ils avaient eu un super temps.

Nous profitons d’une accalmie pour repartir. Il est 18h00. Nous sommes au pays des Trolls et nous voulons faire la route de LA TROLLSTIGEN.

                                               DSC02536

LA TROLLSTIGEN est une route spectaculaire qui emprunte les gorges de GUDBRANDSJUVET. LA TROLLSTIGEN veut dire « LA CHAUSSEE AUX TROLLS » ou « L’ECHELLE DES TROLLS ». Nous sommes au cœur des massifs montagneux du ROMSDAL. Le TROLLTINDANE se dresse à 1800m avec sa superbe chaîne de montagnes.

 DSC02532                 DSC02529

DSC02530                 DSC02533

                                           DSC02534

Pour notre part, nous l’avons gravie à partir d’ANDALNES. En route, on peut admirer plusieurs cascades spectaculaires qui dévalent les versants notamment celle de STIGFOSSEN haute de 180m.

DSC02537                                       DSC02539

La route dispose de quelques zones de point de vue qui permettent des arrêts photos malgré la pluie.

Nous pouvons apercevoir la plateforme qui surplombe le vide et permet d'admirer la vallée.

                                                        DSC02538

Nous arrivons enfin au sommet. Il pleut, il fait très froid. J’enfile un jean avant d’affronter le froid. Pas le choix si nous voulons admirer la vue

Au sommet, un centre des visiteurs a été aménagé avec les plateformes  d’observation qui s’avancent dans le vide offrant un panorama spectaculaire de la route que nous venons de gravir et qui serpente dans la vallée verdoyante du parc national de REINHEIMEN.

DSC02554                      DSC02556

DSC02557                            DSC02558

LA TROLLSTIGEN c’est une série de 11 virages vertigineux en épingle à cheveux qui permet d’atteindre le sommet. La pente est de 12%. Elle va d’ANDALNES à EIDSDAL. C’est une route impressionnante à gravir ou à descendre.

DSC02541                     DSC02542

DSC02543    DSC02547 DSC02546

Nous prenons une petite heure pour nous promener sur les passerelles. Même avec la pluie, la vue est grandiose. J’essaie de protéger mon pansement de la pluie. Pas facile. J'ai une tête à faire peur. Je ressemble vraiment à un Troll.

                                                        DSC02548

Nous rentrons au camping-car trempés et bon à changer de vêtements. Nous sommes gelés.

Nous reprenons la route touristique pour une petite demi-heure Nous sommes en plein massifs montagneux et enneigés. Nous sommes au col de KLOVSTIEN qui est ouvert de fin mai à mi-octobre.

Nous sentons vraiment la fraîcheur mais nous décidons malgré tout d’y passer la nuit. Nous trouvons un parking aire de pique-nique. A quelques pas de nous, un petit torrent et un sentier qui mène à une maison complétement isolée. Nous ne serons pas seuls. Plusieurs camping-cars feront comme nous.

Le site est grandiose. Dans la soirée, nous pourrons observer le manège des nuages qui montent de la vallée. Nous avons l’impression qu’ils sont au ras de la route.

DSC02560                      DSC02561

                                             DSC02569

La veillée se fera avec le chauffage et sans réseau. J’essaye de faire mes pages d’écriture mais c’est difficile. D’une part, je suis fatiguée et d’autre part, je ne peux pas garder mes lunettes trop longtemps car elles appuient sur mon nez et comme elles ne sont pas en place elles me provoquent des maux de tête. J'ai tout de même meilleure mine que cet après-midi. Je fais un peu moins Troll !

                                                     DSC02563

Résultat ! Dodo !

 

13 juillet 2017

KLOVSTIEN

Ce matin, dans le camping-car, la température est de 12°. Un peu juste. Chauffage de rigueur. Dehors il fait entre 8 et 10°. Le chauffage n’arrête pas de pulser.

Il a plu une partie de la nuit et sur le matin. Du coup, nous en profitons pour rester traîner sous la couette. La balade matinale d’Eden a été rapide.

La matinée se passe dans les nuages et la pluie.

DSC02572                     DSC02573

Nous traînons et finissons par nous préparer.

Ce matin pas le top au réveil. C'est vraiment dur ! dur !

20170713_122638                 DSC02570

Aujourd’hui nous allons reprendre LA TROLLSTIGEN et la descendre  pour rejoindre LINGE où nous prendrons un ferry pour EIDSDAL. Puis nous prendrons LA ROUTE DES AIGLES ou L’ORNEVEIEN qui elle aussi zigzague et nous amènera jusqu’à GEIRANGER et son fameux fjord le GEIRANGERFJORDEN. Une fois sur place, nous aviserons en fonction du temps.

13h00 c’est le départ. Je tourne un peu au ralenti ! La pluie a décidé de nous accompagner. Nous reprenons LA TROLLSTIGNEN qui serpente et zigzague. En route, le paysage est fabuleux. Nous avons droit à 36km de cascades, de torrents, de rivières. Une seule et même cascade qui court, rugit, gronde, déverse des mètres cubes d’eau, se transforme en torrent, puis en rivière pour redevenir cascade ou torrent. Le débit est impressionnant. L’eau est blanche et turquoise. Des montagnes, des dizaines de petites cascades descendent et viennent grossir le torrent principal. Nous passerons notre temps à le longer, le contourner, le surplomber.

Nous raterons 2 points de vue qui nous auraient permis de le prendre en photo. Les parkings étaient trop petits, les stationnements anarchiques. Nous passons notre chemin. Il pleut beaucoup. Pas top pour les pansements !!!

Nous arrivons à VALLDAL en même temps que notre torrent qui termine sa course en se jetant dans les eaux du NORDDALSFJORDEN.

Pour nous le chemin n’est pas fini. Quelques km encore à longer le NORDDALSFJORDEN et nous arrivons à LINGE. Notre ferry est déjà à quai. Il pleut toujours. C’est râpé pour les photos.

DSC02574                     DSC02575

Le temps de payer, d’embarquer et déjà nous quittons LINGE. 20mn plus tard nous touchons les quais du port d’EIDSDAL.

Dans la foulée, nous reprenons notre route sinueuse encaissée entre les montagnes. Elle serpente et monte pour arriver à un plateau juste au moment d’une éclaircie et malgré tout des gouttes de pluie. Cette fois arrêt photo et nous ne sommes pas déçus. Nous avons une vue imprenable sur le fjord de GEIRANGER où stationnent des bateaux de croisière. C’est magnifique avec ces couleurs vertes. Un petit Troll en profite

DSC02578                                   DSC02580

Un petit Troll s'est glissé sur la photo et joue sa star !

                                                         DSC02582

 La vue est magnifique !

DSC02583                     DSC02584

Il est temps de repartir et de tester la fameuse ORNEVEIEN ou ROUTE DES AIGLES qui descend jusqu’au fond du fjord jusqu’au village de GEIRANGER.

La pente est de 10%. Aussi spectaculaire que la TROLLSTIGEN. Virages en épingles à cheveux sur 7 km avec 11 virages en lacets qui dévoilent une vue spectaculaire sur le fjord et ses eaux turquoise. Au cours de la descente, il y a des points de vue. Mais les gens ne sont pas raisonnables et stationnent de manière anarchique et dangereuse compte tenue de la largeur de la route. Tant pis, Gérard se gare un peu plus bas et tente quelques photos mais ça le stresse car il déborde un peu. Nous repartons tant pis !

DSC02587                       DSC02589

La descente se poursuit très prudemment car la circulation est importante dans le sens de la montée. Les bateaux de croisière viennent de déverser leurs flots de passagers dans les cars qui font la navette. D’ailleurs, dans l’un des lacets, Gérard se retrouve face à face avec un car. Celui-ci se met sur le côté gauche et fait signe à Gérard de passer sur son côté droit de façon à ce que le car puisse prendre tout le virage. Le bazar !

Arrivés en bas, je réalise que je n'ai pris aucune photo de la descente. De toute façon, je ne peux pas garder mes lunettes trop longtemps. Donc je n'y ai même pas songé. Tant pis. On essaiera d'en prenre de la vallée.

Le village de GEIRANGER s’étale en longueur et en hauteur au creux du fjord. Donc, difficile de stationner sur les bords et sur les hauteurs encore moins. Le mieux c’est le camping. En arrivant, nous en apercevons 2 l’un à côté de l’autre et sur le bord du fjord. Le premier est plein mais le second a encore un peu de place.

On nous demande de choisir notre emplacement et de revenir faire les formalités. Nous sommes face au fjord. La vue est magnifique et le soleil nous a accueillis à note arrivée. Espérons qu’il daigne briller quelques temps. Nous nous posons et pendant que Gérard finit d’installer le camping-car je m’occupe des formalités.

DSC02598                   DSC02602

DSC02603          DSC02604

                                     DSC02606

Il est 16h. Le temps de souffler un peu et de sortir Eden et nous repartons. Mais cette fois à pieds. Le camping est à 25mn du centre de GEIRANGER. Nous apercevons le village du camping mais il faut faire un peu de sport par la route pour l’atteindre. Pas le choix si nous voulons réserver une sortie sur le fjord pour demain.

Les 25mn de marche sont pénibles. Pas de chemins piétons. Il nous faut emprunter la route normale, tout en virages, avec des cars, voitures, motos, camping-cars, vélos. Nous sommes très prudents.

A  GEIRANGER, nous nous rendons au bureau I TOURIST. Un copain Troll nous y accueille

                                                                  DSC02590

Nous réservons une sortie de 90 mn sur le fjord pour demain 14h30. AU point I, ils annoncent soleil et nuages. Nous verrons bien. Avec un peu de chance ça va le faire.

Nous en profitons pour faire le tour du village. Rien de bien intéressant si ce n’est des boutiques de souvenirs, bars-restaurants, hôtels, locations de vélos ou de voitures. Gérard craque pour 2 petits TROLLS qui devraient agrémenter son jardin.

                                             DSC02591

Le vrai village de GEIRANGER s’étale sur les hauteurs et en retrait du fjord. Au calme !

Dans la baie, deux bateaux de croisières sont amarés. Ce sont ceux que l'on voyait d'en haut. L'un d'entre eux est en train de faire ses manoeuvres d'appareillage pour le départ.

DSC02594               DSC02595

Nous reprenons nos 2 petits pieds pour 25mn de marche. En route nous voyons passer le paquebot qui s'enfonce dans le fjord.

                                                         DSC02601

Arrivés devant le camping, nous nous apercevons la ROUTE DES AIGLES qui est visible et qui serpente dans la verdure.

                                                 DSC02597

Puis, nous nous posons complétement. Je suis un peu claquée. Pendant que je me repose, Gérard sort Eden en balade.

Je vais profiter de la soirée pour avance un peu notre blog mais en ce moment c’est un peu dur ! Maux de tête, mal aux yeux et fatigue. Il faut que je récupère.

 

14 juillet 2017

GEIRANGER

Dans le camping-car 12°. Dehors 14°. En rentrant de la balade matinale d’Eden, Gérard trouve qu’il fait frais. Dans la matinée, le soleil fait de grosses percées et réchauffe le camping-car et l’atmosphère. Bermuda de rigueur ! Nous sommes fous !! Depuis lundi, j’ai un peu de mal à avancer et à récupérer.

La matinée se passe à se préparer, faire du rangement et un peu de lessive qui va vite sécher avec ce soleil. Normalement nous devons quitter le camping pour 13h. Notre sortie est à 14h30.  Nous hésitons à quitter le camping de peur de ne pas trouver à se garer dans le centre pendant notre sortie. Gérard décide de prendre une nuit supplémentaire. Ce sera plus simple pour nous.

Gérard profite des rayons du soleil pour faire quelques photos d'un paquebot qui arrive dans le fjord en faisant retentir sa sirène. Impressionnant l'écho. La sirène du port lui répond en signe de bienvenue. La circulation devient difficile !

DSC02608                 DSC02610

Les passagers sont sur le pont et saluent les campeurs

DSC02611                         DSC02613

Sympa la vue !!!!!

                                       DSC02614

Voilà, c’est l’heure. C’est reparti pour 25mn de marche pour rejoindre l’embarcadère à GEIRANGER. Nous arrivons un peu en avance. Nous nous posons à proximité de l’embarcadère sur un banc au soleil. C’est très agréable. Notre bateau arrive et débarque ses passagers.

DSC02615                       DSC02616

14h15, c’est le checking  et l’embarquement. 14h30 nous partons pour 90 mn de croisière sur le GEIRANGERFJORDEN. Nous sommes ravis car il y a des audioguides à disposition. Ce sera un peu compliqué d’utilisation entre le bruit des vagues et des moteurs, tout n’est pas toujours très audible. Mais c’est déjà ça.

Nous sortons lentement du port compte tenu de la taille des paquebots qui se trouvent au milieu de fjord.

DSC02621                          DSC02623

DSC02626                         DSC02627

Le GEIRANGERFJORDEN est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il serpente sur 20 km. Le capitaine, prendra le temps de ralentir à tous les points les plus intéressants.

Nous voilà partis pour une petite croisière sur les eaux tranquilles du GEIRANGERFJORDEN et vous pouvez nous y accompagner !

Bienvenue à bord !

Nous entrons dans le fjord

DSC02629          DSC02630

DSC02631               DSC02632    DSC02635                       DSC02637

Le  parcours du fjord est égayé par de nombreuses cascades.

Certaines portent un nom comme  « LE SOUPIRANT » qui déverse ses eaux en face de la cascade des « 7 SŒURS ». La légende de GEIRANGER dit que LE SOUPIRANT était amoureux des 7 SŒURS.

 

 

DSC02638  DSC02639    DSC02641

DSC02643                    DSC02645

Plus loin, c'est celle du « VOILE DE LA MARIEE »

.DSC02646       DSC02647 DSC02648 DSC02650   DSC02651                

Nous arrivons au fond du fjord et le bateau entame son demi-tour.

Des fermes, pour la plupart abandonnées, s’accrochent aux parois vertigineuses du fjord

DSC02655         DSC02657

Les parois sont magnifiques. Teintées de vert clair ou vert foncé,  de loin, nous avons l’impression qu’un tapis de mousse les recouvre.

DSC02659             DSC02660

DSC02663              DSC02665

 

DSC02667     DSC02671 

 

Puis ce sont des parois plus dénudées ou enneigées, rocheuses sur lesquelles se jettent les cascades.

Le bateau longe les falaises abruptes et nous pouvons admirer une cavité particulière « LE TROU DU DIABLE ».

 

DSC02674  DSC02675   DSC02679     DSC02680

Nous faisons un arrêt devant la cascade des "7 SOEURS". Elles partent du sommet de la montagne.  Certaines sont asséchées. Mais nous avons pu compter les 7 traces où se déversent les eaux.

DSC02681           DSC02683               DSC02685

DSC02687                          DSC02689

                                                DSC02690

Ici, une falaise joue les sculpteurs.

DSC02691        DSC02696

DSC02697  DSC02700   DSC02702

Au retour, nous débarquons un groupe de randonneurs. Pas de ponton, juste des rochers pour débarquer. Nous les voyons emprunter un sentier qui démarre à l’orée d’un sous-bois avec des escaliers de roche. Le terrain parait glissant. Avec Gérard, nous nous regardons. Ça nous rappelle quelque chose. Ils vont monter le sous-bois, passer le long de la falaise sécurisée avec cordes ou des chaînes, atteindre un plateau verdoyant jusqu’à une ferme abandonnée et redescendre dans le fond de GEIRANGER. 4h. Donné pour facile. Mais le mot « facile » pour les Norvégiens n’a pas la même connotation qu’en France.

DSC02706   DSC02708  DSC02710

Nous ne sommes plus très loin du port. Nous apercevons notre camping et la ROUTE DES AIGLES qui le surplombe.

DSC02712            DSC02718

En cherchant bien, nous apercevons notre camping-car.

DSC02720          DSC02722

Le village de GEIRANGER est en vue.

Au cours de notre trajet grâce à l’audioguide, nous avons eu quelques commentaires sur la vie à GEIRANGER. L’hiver il y a 272 habitants La ROUTE DES AIGLES et celle qui passe par le DALSNIBBA sont fermées de début octobre à fin-mai voir début juin. L’hiver il tombe environ 8 m de neige. Il faut 1 semaine et 3 chasses neige pour rouvrir la route. En cas d’urgence médicale, c’est un hélico qui se déplace avec médecin et infirmière pour soigner les gens ou les évacuer. Le fjord sert également d’accès. Il lui arrive d’être partiellement gelé. Les gens vivent au rythme de l’hiver et des avalanches. Ils se déplacent en traineau ou motoneige, font de la musique (il y a 2 orchestres), se rassemblent pour se rencontrer. Il parait qu’il fait bon vivre à GEIRANGER même l’hiver.

                                       DSC02716

16h, nous approchons du village. Le bateau ralentit à cause du trafic et des 2 bateaux de croisière qui sont au milieu du fjord.

DSC02711               DSC02723

Nous débarquons enfin, ravis de cette balade  malgré un temps mitigé. Mais bon, nous n’avons pas eu de pluie c’est déjà le plus important.

Voilà, la croisière est terminée. Nous espérons qu'elle vous aura plu

Nous apprenons également que tous les villages des bords de fjord sont entrainés aux effets TSUNAMI et il y a des entrainements réguliers. Les Norvégiens savent qu’un jour ou l’autre, ils n’habiteront plus au creux des fjords. Le réchauffement climatique fait tomber des pans entiers de glace ou de neige. Ils seront submergés par la montée des eaux.  La Norvège a le système de surveillance des montagnes, des glaciers et des fjords le plus performant. Les Norvégiens dorment sereins car ils savent que l’alerte sera donné suffisamment tôt.

Avant de rentrer au camping et d’entreprendre nos 25mn de marche, nous nous octroyons une petite pause-café/pancake/confiture de fraise/crème, le tout en terrasse et au soleil.

De retour au camping, Gérard fera la balade avec Eden seul, Il préfère que je me pose un peu.

Dans la soirée, je reprendrai mes écritures mais c’est dur car mes lunettes me font mal au nez et je ne peux pas les garder trop longtemps. Tant pis ! Je mettrai un peu plus de temps.

 

 

Posté par chantal_gerard à 00:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2017

09 - 10 - 11 juillet 2017

09 juillet 2017

FREI

Température dans le camping-car 17°. Ressenti frais et humide compte tenu de la journée pluvieuse d’hier. Un petit coup de chauffage pour assainir et ce sera parfait. Dehors 17°. Eclaircies, ciel gris nuageux avec quelques gouttes de pluie qui s’arrêtent très vite.

Aujourd’hui au programme KRISTIANSUND que nous ne ferons que traverser pour rejoindre la route de l’Atlantique ou l’ATLANTERHAVSVEIEN.

Avant le départ, une petite promenade avec Eden. Il fait très lourd mais le ciel reste très chargé. Au retour, nous en profitons pour passer voir l’église avec une vue sur les montagnes et le fjord. Nous sommes dimanche et bien malgré tout elle reste fermée.

DSC02441                           DSC02442

DSC02444              DSC02445

                                                                        DSC02446

C’est parti ! Nous sommes à 17km de KRISTIANSUND. Une fois sur place, nous traversons la ville sans nous arrêter. Nous ne sommes pas inspirés. De toute façon, elle n’était pas au planning des visites. Nous repérons la R64 qui doit nous mener sur le bord de côte.

La route touristique R64 commence par un tunnel de 5,7 km avec une pente à 10% sur 3km puis la même chose dans le sens de la montée. Nous sommes passés sous le RAMNFJORDEN et qui nous permet de rejoindre l’ÎLE D’AVEROYA. A la sortie, péage 138NOK pour 20mn de traversée.

A la sortie du tunnel, une fois sur l’ÎLE D’AVEROYA, nous marquons un petit arrêt devant cette quantité d’îlots qui se dispersent à l’horizon. Gérard râle. Pas beaucoup de soleil, pas assez de luminosité, pas assez de ci, de là. Il finit tout de même par prendre des photos.

DSC02448                DSC02449

                                                     DSC02450

Nous sommes sur la ROUTE DE L’ATLANTIQUE. C’est une route classée touristique et elle mérite bien son nom. 8 ponts se tortillent comme des serpents de mer entre les 17 îlots qu’ils relient. Elle va de l’ÎLE D’AVEROYA à VEVANG. A peine 8 KM pendant lesquels la route épouse la côte et on a l’impression de conduire sur la mer. C’est absolument magnifique et tellement ressemblant à notre Bretagne.

Nous longeons la côte ne nous lassant pas d’admirer. Nouvel arrêt au site de MINNESMERKE où je pensais que nous aurions une jolie vue. Raté ! J’ai le droit de me tromper. Gérard prend tout de même quelques photos. En fait, nous arrivons sur un promontoire d’où nous apercevons plusieurs villages de pêcheurs et de ponts.

DSC02454                               DSC02455

Le panneau explique que ce sont des villages de pêcheurs de morue qui étaient tous isolés avant la mise en place de tous ces ponts. Le semblant de mémorial est à l’attention de tous ces pêcheurs et de leur travail.

                                                   DSC02452

Nous repartons reprendre notre R64. En route petit arrêt sur une aire de service qui nous est signalée. Nous faisons le plein d’eau et les vidanges. Sur le panneau des « MERCI » avec la ville et le pays d’origine. Je rajoute le nôtre.

Nous repartons pour à peine 2km. Une bifurcation et là un superbe paysage d’îlots rocheux s’offre à nous. Nous sommes à KARVÄG.

DSC02456                    DSC02457

DSC02458                       DSC02459

                                        DSC02460

De pont en pont nous sautons d’îlot en îlot. Nouvel arrêt à BRUKSKUNST où de chaque côté de la route s’étale un paysage d’îlots tachés de lichen jaune, blanc.

DSC02464                       DSC02466

                                  DSC02468

La vue est magnifique. Nous prenons le temps de faire une petite balade sur les rochers pour admirer de plus prés. De petits ports sont accrochés aux rochers. Un peu plus de soleil et ce serait super.

                                        DSC02467

Au loin, nous apercevons un ouvrage absolument magnifique. Un pont dont la première partie que nous voyons nous donne l’impression que la route s’arrête en haut et que de l’autre côté c’est le précipice.

DSC02462                            DSC02463

Magistral ouvrage !! Tout ça pour rendre tous ces îlots accessibles.

Nous empruntons le pont. Fabuleux comme impression. Je prends quelques photos de la descente avec mon téléphone.

20170709_163116                20170709_163117

Nous nous garons quelques instants pour observer la descente des véhicules.

DSC02469           DSC02470

Nous arrivons sur le site des marais d’ELDHUSOYA. Le site a été aménagé avec des passerelles en bois qui surplombe une zone humide qui permet d’observer la végétation. Nous passerons notre chemin tant le monde est important. Les passerelles nous apparaissent comme un boulevard le jour des soldes.

Nous poursuivons notre route qui serpente toujours la côte sans jamais la quitter. La pluie vient de nous rattraper. Il fallait s’y attendre.

Nous en profitons pour faire notre pause déjeuner sur une aire de pique-nique qui nous offre une jolie vue sur des skerries colorés par les maisons.

DSC02471                 DSC02472

                                         DSC02473

Gérard décide de faire quelques photos histoire de s’inspirer pour son futur jardin. Le projet fait son chemin dans sa tête. Mais non Gérard ! D’abord il nous faut finir les finitions intérieures.

Notre pause épuisée, c’est reparti ! Nous n’avançons pas ! Mais le paysage est tellement beau qu’il demande à être admiré.

Toujours par la route touristique, nous prenons la direction de BUD avec un nouvel arrêt qui là sera une vraie attrape couillonne. On nous le vend pour un promontoire qui s’avance sur la mer avec une vue à 360° et ça se termine par un petit rocher aménagé en plate-forme, au ras de la mer avec une paroi vitrée de sécurité à hauteur de taille. On s’est mouillé pour rien.

Cette fois c’est dit, plus d’arrêt jusqu’à BUD, petit village de pêcheurs. La côte est escarpée et rocheuse. Même sous le ciel gris c’est joli.

19h15 nous arrivons sur BUD petit village de pêcheurs blotti autour de son port. A l’entrée du village, nous trouvons la bifurcation qui nous intéresse, celle de DRAAGEN un petit lieu-dit de l’autre côté de BUD.

Nous entrons dans DRAAGEN pour essayer de trouver notre nuitée mais c’est difficile. Tous les chemins mènent à des habitations privées ou ne sont pas praticables pour nous.

Nous trouverons ce qu’il nous faut à l’entrée de DRAAGEN, une petite aire de pique-nique qui se situe juste avant la digue avec une merveilleuse vue à 360°. Nous décidons de nous poser là. Le soleil a décidé de s’inviter comme tous les soirs et du coup c’est juste trop beau.

DSC02477                  DSC02478

                                          DSC02480        

Gérard prend le temps des photos car de l’autre côté sur un petit îlot un héron nous fait de l’œil.

                                          DSC02474

Une fois installée, je prends mon téléphone et j’appelle le FUMOIR DRAAGEN afin de prendre RDV pour une visite le lendemain. J’ai le patron au téléphone, il me fixe 10h30. Parfait.

C’est le moment de faire notre balade du soir avec Eden avant de nous poser pour la soirée. Nous partons à la découverte de DRAAGEN sous le soleil.

20170709_193449                             20170709_193535

                                                  20170709_202605

Nous sommes à un petit quart d’heure du lieu-dit. La visite nous permet de repérer le fumoir qui est à l’entrée du village. Nous poursuivons notre promenade et nous repérons un autre fumoir. Nous en déduisons que c’est une annexe.

Il est temps de rentrer car le ciel se couvre à nouveau. Nous arrivons juste à temps au camping-car. Pendant que nous finissons de nous installer, je vois passer une petit animal sur quatre pattes. Un petit chevreuil qui trottine le long de la route et qui vient de passer devant le camping-car. Le temps de réagir, de trouver l’appareil et que Gérard sorte. Il est loin. Le soleil est revenu, je scrute les alentours et dans le soleil, je le vois passer de l’autre côté de la colline.

Une partie de la soirée se passe sous un déluge. Puis calme complet et le soleil décide de se faire plaisir de l’autre côté de la colline et très certainement sur l’eau. Mais les couleurs sont belles.

20170709_230027                20170709_230132

Nous repensons à notre petit chevreuil. En rigolant, Gérard me dit qu’il est allé visiter quelqu’un et qu’il va revenir. Et bien c'est ce qui s’est passé. Dans la soirée, nous l’avons vu repasser, toujours trottinant le long de la route. Gérard a réussi à le prendre en photo mais toujours pareil. Nous ne nous attendions pas à le voir revenir. Du coup il est déjà un peu loin et il fait un peu sombre.

                                               DSC02484

10 juillet 2017

Ce matin 17° dans notre camping-car. Dehors 14°, soleil, ciel bleu avec quelques nuages gris. La pluie d’hier a cessé. Espérons que ça tiendra la journée. Par contre un petit vent vient de se lever.

Au programme, visite du fumoir de poisson. Espérons que ce ne sera pas trop compliqué à comprendre. Nous verrons bien. Au téléphone, hier au soir, le patron avait l’air très gentil.

9h45 c’est parti pour la visite. Nous laissons le camping-car sous la garde d’Eden et nous partons à pieds vers DRAAGEN. 10h, nous sommes devant la boutique. Peu d’animation. Un peu septiques, nous entrons. La boutique nous paraît spartiate et pas très engageante. Un monsieur sort de l’arrière-boutique. Il ne parle pas un mot d’anglais. Je lui explique, malgré tout, que nous sommes Français, que nous souhaitons visiter l’entreprise et acheter des produits. Il bougonne et nous balance sur le comptoir un paquet de saumon. Avec Gérard, nous nous regardons surpris. Il continue à bougonner. J’essaie de lui expliquer que je voudrai quelqu’un qui parler anglais. Il appelle quelqu’un. Une dame se présente, qui parle peu anglais. Ça se complique. Je lui explique que nous souhaitons visiter et voir comment on fume le poisson. Elle me répond que c’est impossible. Que c’est un secret. Je lui dis que nous allons réfléchir pour le saumon.

Dehors, avec Gérard, nous ne comprenons plus rien. Ce n’est pas le même patron que j’ai eu au téléphone. Nous décidons de monter plus haut voir l’autre entrepôt qui portait le nom de DRAGEN SMOKHOUSE. Nous nous dépêchons. Quel accueil !

Au bout du chemin, une petite entreprise qui est installée sur un ponton suspendu au-dessus du fjord. Dès notre arrivée, l’accueil du patron est chaleureux. Il est ravi que nous nous intéressions à ses produits. Il nous fait faire le tour de l’exploitation tout en nous expliquant.

PETTER AUNE, le patron en avait assez de la qualité médiocre des produits industriels. Il a créé cette exploitation où le saumon frais du port d’AUKRA est fumé avec du bois local pur et des herbes aromatiques. Il fait également de la truite de mer. L’exploitation compte 3 personnes. Lui et 2 ouvriers.

Lorsqu’ils reçoivent les produits, ils les préparent, les vident, les nettoient, lèvent les filets, les salent et les passent au fumoir pendant 10 jrs.

Les fumoirs sont de gros centenaires étanches dans lesquels les poissons sont suspendus au-dessus de bacs où se consument très doucement une mélange bois local et d’herbes aromatiques et branchages sauvages de la lande.

DSC02487                               DSC02488

                                         DSC02489

Les pêcheurs particuliers lui apportent leurs prises de saumon de rivière pour que PETTER AUNE fasse la fumaison.

DSC02490                DSC02491

Une fois prêt à la vente, les poissons sont débités, mis sous vides sur place et pesés. Le produit peut se conserver ainsi 2 mois au frigo.

                                                   DSC02492

La production est vendue aux particuliers de passage, sur les marchés, aux restaurants.

La visite terminée, nous avons droit à une petite dégustation de truite de mer et de saumon frais. Ça fond en bouche.

Nous faisons quelques achats pour notre consommation personnelle. 3 morceaux de saumon fumé et un de truite fumée. Nous redescendons au camping-car en passant devant la première boutique. Nous nous disons, heureusement que nous avions repéré la seconde.

 En route nous décidons d’y retourner et de compléter nos achats. Cette fois c’est avec le camping-car que nous y retournons. Il y a de la place en haut du chemin pour stationner. Je m’y colle toute seule et c’est l’un des ouvriers qui me sert. C’est directement dans le fumoir qu’il va me choisir 3 beaux morceaux et qu’il pèse et emballe sous mes yeux.

Je rejoins Gérard et c’est le départ de BUD.

Nous reprenons la route touristique avec un nouvel arrêt à 5km d’ELNESVÄGEN. Là, nous voulons visiter l’EGLISE DES TROLLS ou la « TROLLKIRKA ». C’est une petite randonnée qui mène à une grotte de 70m de long avec une cascade qui se déverse dans une cuvette de marbre banc creusée dans la montagne.

Depuis ce matin, il fait relativement beau. Un peu de nuages mais le soleil domine. Nous nous garons sur le parking du départ de la randonnée. Il y a déjà pas mal de voitures. Gérard a du mal à trouver une petite place pour son camping-car.

12h30 nous voilà partis. Nous ne prenons que nos blousons au cas où ?? Nous suivons le parcours fléché qui contourne des champs.

Puis 1ére bifurcation, 1ére gadoue à enjamber. Mais bon, pour l’instant ce n’est pas bien méchant. Nous avons toujours les pieds au sec.

Le sentier se poursuit ainsi mi-gadoue, mi-sec avec des pierres en guise de passage. Nous longeons quelques instants un petit torrent.

                                               DSC02495

Plus loin nous trouvons un petit pont que nous enjambons pour traverser le torrent.

DSC02493                     DSC02494

Le sentier se poursuit et quelques mètres plus loin, le parcours se complique. Nous trouvons le chemin barré par de l’eau. Si nous voulons continuer, il nous faut sauter de pierre en pierre ou longer les bords boueux de l’étendue d’eau en essayant de ne pas glisser. Mission remplie. Nous sommes passés et toujours secs.

Le sentier s’enfonce à couvert dans les sous-bois.

                                             DSC02496

Le petit sentier de prairie se transforme en lit de torrent. D’ailleurs il est humide et un mince filet d’eau court par endroit. Il est temps de remonter le pantalon si je ne veux finir tremper.

DSC02497                          DSC02498

Le sentier est abrupt et pentu. Une pente qui monte très rapidement et continuellement.

Finalement, nous débouchons dans une forêt de sapins. Le sentier se poursuit dans le lit du torrent et se complique un peu.

DSC02499                    DSC02500

La pente s’accentue. Le sentier est encombré de pierre, de roches qu’il faut éviter, contourner ou enjamber. Il faut une vigilance de tous les instants car le sol est glissant par endroit et des racines de sapins entravent notre marche.

Il fait super chaud. Le sentier est magnifique. Nous rencontrons un jeune couple qui descend. Il nous indique qu’il nous reste environ 25mn de grimpette. C’est bon ! Nous tenons le bon bout. Il faut dire que depuis un moment le fléchage est totalement absent.

Quelques mètres plus haut, nous faisons une petite halte sur un banc et nous prenons le temps d’admirer le panorama qui s’offre à nous sur la vallée et les montagnes.

DSC02501                     DSC02502

Nous repartons rapidement et nous continuons notre ascencion.

DSC02503               DSC02504

Un peu plus haut, nous prenons le temps d'un second arrêt. Cette fois pour admirer la cascade. Des Suédois se rafraîchissent. Nous faisons une nouvelle pose de quelques minutes avant d’attaquer les derniers mètres de notre grimpette. Gérard en profite pour faire quelques photos.

DSC02505                    DSC02506

                                     DSC02508

J’ai hâte de voir à quoi ressemble cette fameuse TOLLKIRKA.

Il commence à y avoir pas mal de monde sur le sentier entre ceux qui montent et qui descendent. Même des familles avec des enfants dans le dos.

Nous attendons que le flot se calme et nous repartons. Nous sommes pratiquement arrivés. Nous avons déjà 1h15 dans les pattes. Les Suédois sont déjà loin. Le sentier est très étroit. Chaque fois que nous rencontrons quelqu’un qui descend, il faut se ranger.

Un jeune couple descend. Avec Gérard nous nous mettons de côté pour les laisser passer. Au moment de repartir, un de mes pieds reste coincé entre deux pierres et c’est la chute fracassante. Je n’ai ni le temps de comprendre ce qui m’arrive, ni d’amortir ma chute. Mon visage se fracasse sur une pierre plate. Un peu sonnée, je réussis à m’asseoir. Et là, affolement de Gérard car je perds beaucoup de sang. En tombant, mes lunettes m’ont découpé une partie du nez. La coupure va de la base du nez entre les 2 sourcils jusqu’au début deux narines.

Le couple que j’avais laissé passer remonte nous aider et nous propose de l’eau pour me nettoyer et voir l’ampleur des dégâts. Nous commençons à être à cours de mouchoirs. Une famille descend et s’arrête à notre niveau. La dame nous dépanne en mouchoirs mais les saignements sont importants. Elle comprend que nous sommes des touristes et qu’il va nous falloir soit un médecin soit un hôpital. Très serviablement, elle nous propose d’appeler son cabinet médical et de leur expliquer. Le cabinet est sur répondeur. Aucune importance !

De toute façon, il va falloir que je redescende si je veux me faire soigner. La charmante dame nous accompagnera tout au long de la descente. Gérard devant pour m’aider lorsqu’il le faut et elle derrière à veiller sur moi. En cours de route, elle rappelle le cabinet médical. Nous sommes attendus. Elle nous propose de nous accompagner afin de ne pas perdre de temps à chercher et elle pourra leur expliquer rapidement la situation en norvégien.

La descente durera 1h15. Fatigante, éprouvante et douloureuse. Arrivée au camping-car, je commence par prendre un Dafalgan car j’ai très mal à la tête. Il faut dire qu’avec la bosse que j’aie, pas étonnant. Je n’en peux plus et je suis tâchée de sang de partout.

Nous suivons notre charmante norvégienne jusqu’au cabinet médical qui se trouve à 5km. A l’accueil, elle explique ce qui m’est arrivé. Elle nous explique également ce qui va se passer puis elle nous laisse et m’embrasse très gentiment avant de nous quitter.

Gérard fait les formalités d’enregistrement et nous patientons. A peine 5mn d’attente et on nous emmène dans une salle de soins où je suis prise en charge par une infirmière, très douce et très gentille, qui commence par nettoyer les plaies et m’enlever le sang que j’ai un peu partout. J'en profite pour récupérer un peu.

                                            DSC02509

Nous patientons encore quelques minutes et c’est un médecin qui arrive. Inspection de mes plaies, de mon nez, mes lèvres, mes dents et mon front. Le pire c’est mon nez qui saigne toujours. Le médecin m’explique qu’il va me refixer le nez et qu’après seulement il pourra ausculter l’intérieur de mon nez pour vérifier s’il est fracturé ou pas.

A première vue, il ne semble pas cassé. Moi de toute façon, je ne sens plus rien.

C’est parti : Nettoyage, anesthésie, 5 points de suture et strips. Une fois terminé, il vérifie l’intérieur de mon nez et confirme qu’il n’est pas cassé. Mais à surveiller. Les points sont à enlever dans 10jrs. En attendant, un peu de repos et si problème consulter rapidement ou revenir si nous sommes toujours dans le coin. Puis, ils nous laissent avec l’infirmière qui termine par un pansement.

Tout le monde a été super gentils avec moi, avec nous. Patients, à l’écoute.

15h25, je suis prête à sortir. Nous repassons par l’accueil pour régler les honoraires. Ici, les soins ne se règlent pas à la secrétaire. Dans le halle d’accueil, il y a une sorte de borne. Il suffit de rentrer sa date de naissance qui sert de numéro de dossier et le montant des honoraires s’affichent. Le paiement peut se faire au comptant ou en CB. Nous choisissons CB. Là refus ! 2 fois ! La secrétaire nous explique que c’est fréquent avec les MASTERCARDS. Elle nous demande si nous avons du liquide. Gérard vérifie ce qui nous reste. 291 NOK. Nous devons 329 NOK. Gérard demande si il y a un distributeur à proximité. La secrétaire lui dit d’attendre un moment. Elle revient avec de la monnaie. Nous recommençons l’opération à la borne, Gérard met ses 291 NOK et la secrétaire complète. La borne édite la facture. Gérard la remercie et lui dit que nous allons chercher du liquide et que nous revenons la régler. Et bien non ! Elle refuse. C’est cadeau ! Elle nous souhaite bonne chance pour la suite et bonne fin de voyage.

Nous n’en revenons pas ! ça fait chaud au cœur ! Aujourd’hui nous avons rencontré que des gens serviables et débordants de gentillesse.

Nous quittons le cabinet. Gérard décide de sortir de ELNESVÄGEN et de nous trouver un petit coin tranquille, mais à proximité,  pour 1 ou 2 jours, le temps que je récupère.

Il quitte la grande route. J’ai aperçu un fjord. Il s’engage dans un petit village, le traverse et à force de chercher, il aperçoit un petit ponton au bord du fjord, au milieu des prairies entourées de sapins.

DSC02515                 DSC02516

DSC02517      DSC02519

Nous serons tranquilles. Il est 16h30 lorsque nous finissons de nous installer. Nous sommes à MALMEFJORDEN

Quant à moi, je finirai la journée au lit à dormir.

Le soir, impossible de manger. J’ai du mal à ouvrir ma bouche. Mes lèvres sont enflées et j’ai une dent de devant qui me fait très mal. Elle a dû prend un gros choc. Nous verrons bien, une fois les hématomes passés ce que ça donnera.

                                                   DSC02510

Pendant que je prends un thé, le soleil vient taquiner les eaux du fjord avec un petit coucher de soleil. Ce soir, Gérard est décidé. Il le prendra en photo car moi, je n’y vois rien sans lunettes.

DSC02521                          DSC02522

La veillée sera courte. Je retourne me coucher il est 21h30 et Gérard fait de-même. Nous avons besoin de récupérer des évènements.

 

11 juillet 2017

MALMEFJORDEN

Ce matin, avec Gérard nous avons ouvert un œil il était 11h30.

Moi, j’ai dormi comme une masse. J’étais fatiguée.

Ce matin il fait soleil, la température dans le camping-car est douce et Eden se prélasse dehors en admirant les eaux du fjord.

Moi, ce matin, j’ai une tête épouvantable. Mes yeux sont gonflés, je suis violette. Une vraie cata ! Mes yeux coulent et j’ai mal partout.

Petit déjeuner léger car je n’arrive pas à manger. Je termine la semoule que je n’ai pas mangée hier au soir.

Avec Gérard, nous nous préparons mais nous allons passer la journée et la nuit ici pour que je puisse récupérer un peu.

La journée, je la passerai à dormir. Il n’y a que les yeux fermés que je suis bien.

Gérard, lui passera sa journée à faire une petite sieste, ses comptes, la mise à jour de notre planning et de nos km et des sudokus

17h30 je rouvre un œil. Gérard me prépare un thé et un yaourt. Je vous l'accorde j'ai connu mieux.

                                  DSC02527

Je me recouche et je me rendors jusqu’à 19h30

Le souper sera compliqué. Je n’ai pas faim. Je prendrai tout de même une banane écrasée et un yaourt.

A 21h je suis couchée. Gérard me rejoindra plus tard après ses sudokus.

Posté par chantal_gerard à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]